Dans une vidéo publiée sur le site officiel du Standard, le Belgo-marocain tient à s'excuser auprès des spectateurs, des supporteurs et des enfants pour son geste. "Ça ne se fait pas sur un terrain de foot. J'ai reçu beaucoup de soutien de la famille, des amis et des joueurs, même de certains que je ne connais pas."

Dans cette interview, Carcela revient sur l'incident proprement dit: "Ruytinx m'a mis un coup de coude en début de match, puis après la première grosse faute sur moi de Cerigioni (Nldr: qui a écopé d'un carton rouge), il m'a nargué. "

Et l'attaquant de Louvain aurait provoqué Carcela en lui disant "Ça va? Tu veux pas une civière? Je te mets dans la civière si tu veux."

"Après son tacle, il m'a parlé mais je comprenais rien à ce qu'il disait mais il me regardait avec le sourire", poursuit Carcela. "Après que l'arbitre lui ait mis la carte jaune, j'ai eu une réaction où je ne me suis pas reconnu.... C'est un tout qui m'a amené à cette réaction surréaliste. Je me suis crevé pour revenir après ma blessure à Genk (en mai 2011). Et là, je me suis dit, c'est de nouveau 6 mois...", conclut l'ailier Rouche.

Le Parquet de l'Union belge convoque Carcela... et Ruytinx

Chaque lundi, le Parquet de l'Union belge communique des propositions de transaction pour les exclusions directes du week-end écoulé. Mais pour des faits graves, le Procureur ne fait pas de proposition, il convoque directement les différentes parties. C'est le cas dans l'affaire Ruytinx-Carcela. Le Standardman devra comparaître demain devant la Commission des Litiges. Le Louvaniste, qui s'en est tiré avec une jaune dimanche, sera lui poursuivi sur base des images télés et comparaîtra mardi prochain.

Si c'était prévisible pour Carcela, exclu dimanche pour un coup porté au visage de l'attaquant d'OHL, c'est plus surprenant pour Ruytinx: le "tacle" avait déjà été jugé par l'arbitre, qui ne lui avait donné qu'une jaune et non la rouge qui s'imposait. Or, un joueur ne peut être poursuivi sur base des images télés que si les faits ont échappé à l'arbitre. En fait, ce n'est pas pour sa faute qu'il est poursuivi mais pour son attitude après sa faute sur Carcela. Les images le montrent clairement en train de sourire, comme s'il était satisfait de son agression et des conséquences pour Carcela.

Carcela qui risque une suspension sévère, même si la Commission des Litiges devra tenir compte de son passé (pas de carte rouge en Belgique, grave blessure à Genk…) et des circonstances du match dimanche (deux agressions sur lui, au même endroit, en 5 minutes, les propos de Ruytinx avant son passage à l'acte - si le Standard arrive à le prouver - et l'attitude du Louvaniste après…).

Par ailleurs, suite à son exclusion de le même match pour un tacle par derrière sur… Carcela, Alessandro Cerigioni s'est vu proposer une suspension de 2 journées et une amende de 400 euros. Il peut l'accepter ou la refuser et alors lui aussi comparaître demain devant la Commission des Litiges de l'Union belge.