© Belga

Football

Ce Bordeaux-là avait du corps

Michel Dubois

Publié le - Mis à jour le

Le Club Brugeois a quitté l'Europe, hier soir, sans pouvoir nourrir le moindre regret. En effet, à aucun moment, il n'a vraiment donné l'illusion qu'il pouvait inscrire trois ou même deux buts à ce Bordeaux-là, vainqueur méritoire et maître absolu du ballon d'un bout à l'autre d'un match bien décevant du point de vue belge. «Nous devrons concrétiser notre première ou notre deuxième occasion», avait prédit Trond Sollied. Lange n'a pu exploiter la première, à la 13e minute de jeu, quand une subtilité de Tim Smolders lui en avait ménagé la possibilité sur le flanc droit, à l'angle du petit rectangle, dans une rencontre enlevée, que le Club, agressif et entreprenant, avait engagée de belle manière mais que les Girondins n'étaient nullement résignés à subir. L'organisation bordelaise ne tarda d'ailleurs pas à contraindre les Brugeois à rechercher une nouvelle source d'inspiration après un premier quart d'heure encourageant. Alternant avec efficacité les manoeuvres de retardement et un redéploiement alerte qui faisait étalage de leur belle technique et qui requérait toute la vigilance d'une défense que Clement orchestrait avec maîtrise, les Girondins régnèrent d'autant plus en maîtres dans la zone médiane que Timmy Simons y subissait souvent les duels et que les deux flancs, Tim Smolders et Jonathan Blondel, manquaient un peu de poids. A la 17e minute, sur un centre de Rieri, un coup de tête de Chamakh surmonta la transversale.

Saeternes manque le coche

Au repos d'un match que les atermoiements brugeois avaient fait baisser d'intensité, Dany Verlinden avait été plus souvent sollicité que son vis-à-vis Ulrich Rame. Mais Bruges aurait dû mener à la marque. À l'extrême fin du temps supplémentaire, un coup de coin d'un Blondel parfois trop... vif pour ses partenaires, prolongé par une déviation de Gert Verheyen, isolait Saeternes à l'entrée du petit rectangle. Mais le Norvégien canonnait au-dessus du but. La plus belle opportunité brugeoise venait de passer...

Chamakh libère Bordeaux

Le temps commençait à presser, d'autant que les Bordelais accentuèrent encore leur emprise sur le ballon dès la reprise. Ils firent beaucoup courir les Brugeois. À la 49e minute, un tir trop croisé de Francia fit sourciller Verlinden. Le Club restait muselé. Il ne parvenait plus ni à exprimer sa puissance athlétique ni à enchaîner ses répliques.

L'association Victor-Saeternes allait-elle insuffler enfin du mordant au Club? Le retrait de Blondel pouvait, en tout cas, le priver de traits de génie dont il avait besoin. A vingt minutes de la fin, Rame n'avait pratiquement pas été inquiété. À la 77e minute, un coup de tête de Philippe Clement surmonta la barre transversale. Le Club Brugeois n'y croyait plus, son public non plus. L'équipe blauw en zwart allait d'ailleurs rater sa sortie: Chamakh alla inscrire, seul, le but d'une belle victoire à la 85e minute. Les joueurs bordelais, eux, avaient joliment maîtrisé leur sujet et méritaient, à n'en point douter, leur qualification.

CLUB BRUGEOIS 0

BORDEAUX 1

CLUB BRUGEOIS: Verlinden, De Cock, Clement, Rozehnal, Van der Heyden, Smolders, Simons, Blondel (36e Gvozdenovic), Verheyen, Lange (67e Victor), Saeternes.

GIRONDINS DE BORDEAUX: Rame, Jemmali, Planus, Caneira, Jurietti, Francia, Celades, E. Costa (67e Miranda), Mavuba, Riera (87e Basto), Chamakh.

ARBITRE: M. de Santis (Ita)

AVERTISSEMENTS: Celades, Lange, Chamakh, Planus.

LE BUT: 85e Chamakh (0-1).

© Les Sports 2004

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous