CHARLEROI L'histoire du foot belge regorge de joueurs au talent certain mais incapables de se distinguer dès que les premières notes de la Brabançonne retentissent. Entre Jan Ceulemans - le recordman des sélections (96) - et Cédric Roussel (1), on dénombre plus de 400 éléments à avoir eu l'honneur d'enfiler la vareuse frappée du logo noir- jaune-rouge. Avec plus ou moins de réussite, selon les cas... Samedi, certains Diables ont encore mesuré combien le chemin menant du paradis à l'enfer peut paraître court.

Daniel Van Buyten. Qu'il semble loin cet après-midi du 24 mars 2001 à Glasgow quand, au prix d'une phénoménale tête, Big Dan plantait son premier goal en faveur des Diables. Un but qui se révéla déterminant pour effectuer le voyage en Asie où Van Buyten réussit son meilleur match sous la vareuse nationale face au Brésil et Ronaldo. Depuis, le défenseur central donne l'impression d'avoir perdu de sa superbe. Un temps écarté au profit de Kompany, le capitaine d'Hambourg a commis une erreur de débutant contre la Lituanie.

Mbo Mpenza. Luc Nilis avait dû attendre sa 24e prestation - face à la Zambie, écrasée 9-0 - pour marquer son premier but. Le 42e match de Mpenza sous le maillot national ne lui aura pas, encore, permis de connaître cette joie. Si Mbo a très souvent été utilisé comme joker - et régulièrement sur le flanc droit plutôt qu'en pur attaquant -, comment expliquer ce manque de réussite devant le but? Samedi, l'explosif avant s'est heurté à une seule reprise au gardien lituanien. Action qui le força à quitter le terrain quelques minutes plus tard en raison d'un traumatisme à la cuisse...

L'arrière gauche. Depuis le retrait de Patrick Vervoort, tous les successeurs de Guy Thijs ont tenté de trouver l'élément idéal. C'est probablement Nico Van Kerckhoven qui s'est le mieux tiré d'affaire sur ce flanc qui a vu, ces derniers temps, Philippe Léonard, Peter Van Der Heyden, Jelle Van Damme, Olivier Deschacht et Didier Dheedene recevoir leur chance. Sans grand succès, il faut bien l'avouer.

Le gardien. Le poste de n°1 semble, également, valoir les pires ennuis à celui qui tente de recueillir le lourd héritage laissé par Michel Preud'homme. Ni Bodart, ni De Wilde, ni De Vlieger, ni Gaspercic, ni Vandendriessche, ni Herpoel n'ont démontré une carrure digne de leur prédécesseur. Tristan Peersman a réussi de bonnes choses jusqu'à présent mais, samedi, Jankauskas ne lui a laissé aucune chance sur cette reprise de volée imparable. Une malédiction...

Comme s'ils tournaient le dos à la chance dès qu'ils enfilent le maillot rouge. (BELGA)

© La Libre Belgique 2004