Avec 49 buts à leur actif, Wesley Sonck (29) et Mimouni Dagano (20), les deux gâchettes du Racing Genk, ont régulièrement défrayé l'actualité sportive. A tel point même que la formation limbourgeoise réclamerait la bagatelle de 10 millions d'euros pour l'attaquant belge et quelque 8 millions d'euros pour le Burkinabé. Les véritables buteurs sont devenus une denrée rare, admet Roger Henrotay. Sonck et Dagano sont donc deux garçons intéressants. Je suis d'ailleurs persuadé que la plupart des grandes formations européennes se sont intéressées à eux. Mais de là à dire qu'elles se bousculent au portillon, il y a un pas que je n'oserais pas franchir...

DES CLUBS DÉÇUS

C'est auprès des formations britanniques et françaises que Roger Henrotay est parvenu à se forger une belle réputation dans le monde mystérieux des managers de football. Son dernier gros coup, il l'a réalisé avec Daniel Van Buyten, transféré du Standard vers Marseille pour un demi-milliard de nos anciens francs. Je ne gère pas les intérêts des deux attaquants de Genk, remarque Roger Henrotay. Mais plusieurs formations anglaises et françaises m'ont sollicité pour les visionner. Certaines d'entre elles sont reparties très déçues. Le marché belge n'est guère florissant (NdlR: voir par ailleurs) et les clubs ne se ruent pas nécessairement sur un joueur sur le seul fait qu'il est le meilleur buteur de notre championnat. On ne peut donc pas estimer, avec précision, leur prix. Il variera en fonction de l'offre. Et comme les montants réclamés par Genk sont très élevés, les candidats potentiels ne sont pas nombreux. Le marché n'a pas encore réellement démarré et les clubs réfléchissent, désormais, beaucoup plus avant de débourser de tels montants. Tous les clubs sont en difficulté et les prix actuels sont à la baisse. Certains noyaux recensent une quarantaine de joueurs... qu'il faut payer et dont certains ne jouent même pas. Les clubs ont spéculé sur les droits de TV et sur la vente de joueurs sous contrat à long terme pour couvrir leur masse salariale. Mais cela n'a pas eu l'effet escompté. En Belgique, la situation est plus catastrophique encore.

Tant pour Genk que pour les joueurs concernés, ne serait-il pas plus judicieux d'attendre encore un peu avant de réaliser de telles transactions? L'équipe nationale est un bon baromètre, ajoute Roger Henrotay. Si Sonck réalise une bonne Coupe du monde, l'intérêt sera plus prononcé et son prix pourrait alors flamber. S'il valait 12 millions d'euros, l'attaquant de Genk aurait déjà signé ailleurs mais ce n'est pas le cas. Il faut donc en déduire que le prix réclamé actuellement par les Limbourgeois est encore jugé trop élevé. Néanmoins, tout pourrait se décanter dans les semaines à venir. La valeur de Wesley Sonck pourrait augmenter s'il parvient à se distinguer avec l'équipe nationale ou avec Genk en Champions'League. Pour Mimouni Dagano, la situation est différente car il s'agit d'un joueur extra-communautaire. Pour jouer en Angleterre, il a besoin d'un permis de travail. Même en France, le recrutement des joueurs hors CEE est limité.

© La Libre Belgique 2002