ÉCLAIRAGE

Le championnat ne s'est toujours pas doté d'une première véritable ligne directrice, il a redistribué de nouvelles cartes dans nombre de ses clubs mais il n'est plus en ébullition: le rebelle Aruna a juré de reconquérir l'estime de ses fans mauves, le Standard a stoppé -pour trois bons mois au moins - le brassage perpétuel de son effectif, Genk fronce déjà les sourcils devant la mièvrerie de ses résultats et Bruges, bien qu'ébranlé par son déclassement européen, est rasséréné par le baromètre du classement qui l'érige en figure de proue des candidats objectifs au titre.

La nouvelle donne va-t-elle infléchir la première tendance qui a révélé la bonne santé globale des clubs wallons mais aussi l'inquiétante faiblesse du groupe trudonnaire façonné par Marc Wilmots et les difficultés éprouvées par le promu ostendais de Gilbert Bodart à acquérir le rythme de l'élite?

Et si Anderlecht, unique troisième, retrouvait la tête du classement au soir de cette cinquième journée instructive? La perspective d'un premier déplacement, imminent, à Valence pour la Ligue des Champions ne devrait pas l'obséder au point de différer encore l'élan qu'il n'a toujours pas pris dans la compétition. Car Bruges pourrait se trouver objectivement en danger à Charleroi, un des sept clubs qui ne se sont toujours pas imposés à domicile et le seul - avec le Standard - à y avoir fait buisson creux au point d'ériger Laquait, son excellent gardien, en dernier rempart le plus vulnérable de l'élite à domicile. La sereine, enthousiaste et prometteuse équipe louviéroise s'imposera-t-elle à Daknam face à un Lokeren qui n'offre toujours pas, sur le plan du jeu, le spectacle attractif exigé par son impatient président? Costaud au Canonnier, l'Excelsior Mouscron devrait y juguler un Beveren qui répond au moins autant à l'attente que Mons, en déplacement périlleux au Lierse. Le Brussels enchantera-t-il ses supporters face à un Westerlo orphelin de Dosunmu? Le Standard jouera gros au Fenix Stadion, dimanche soir. Une nouvelle défaite risquerait d'hypothéquer, déjà, sa saison... et de fragiliser, peut-être, le poste de Dominique D'Onofrio cité par M. Bookmaker comme le deuxième entraîneur limogeable, après Gilbert Bodart et devant Trond Sollied.

© Les Sports 2004