zébrés accompagnent

leurs idoles au soleil

CHARLEROI Pour la deuxième année de rang, le Sporting des bords de Sambre a choisi d'établir ses quartiers d'hiver dans les superbes installations de l'hôtel Kamelya World Selin, à Colakli, en Turquie. Au Mambourg, on décrit le lieu, jusqu'il y a peu dévolu à La Louvière, com- me idéal pour concilier travail et détente. Le climat, aussi doux que cet euphémisme, y est en effet moins versatile que dans nos ingrates contrées... «Un terrain en parfait état au sein de l'hôtel nous est réservé deux heures le matin et deux heures le soir! explique Pierre-Yves Hendrickx, le grand manitou administratif. Nous n'avons eu qu'à nous féliciter de l'expérience au début de cette année. La préparation s'est à nouveau déroulée à merveille puisqu'il n'y a aucun autre intermédiaire que notre agence de voyages, Delta Soleil. Cela facilite les choses à tous les niveaux et amoindrit les coûts.»

À ce sujet, la présence de 84 supporters du cru contribuera aussi à faire baisser substantiellement la facture. De là à écrire que ce sont les fans qui prennent quelque part en charge le séjour des joueurs... L'initiative avec une cinquantaine de cobayes ayant porté ses fruits l'an dernier, elle est en fait rééditée à plus grande échelle. Qui dit augmentation dit aussi davantage de précautions. «L'avis de Jacky Mathijssen est, bien évidemment, prépondérant à cet égard! expose M. Hendrickx. Tout est mis en oeuvre pour qu'il n'y ait pas de débordements. En fait, hormis deux soirs de la semaine, on peut même considérer qu'il s'agit de deux voyages différents. Mogi et Mehdi Bayat sont les interlocuteurs officiels sur place et, du côté des supporters, des délégués sont officiellement désignés. Ils seront donc chargés de relayer les demandes.»

Vu le côté familial du club, cela ne signifie pas pour autant que des miradors contrôleront l'accès à l'entraînement (jamais à huis clos!) ou que les contacts amicaux entre toutes les parties sont proscrits.

Au contraire, puisque les Zèbres ont la réputation non usurpée d'apparaître généralement très disponibles pour leur public. En guise d'activités, les passionnés auront sans doute droit à une soirée agrémentée de jeux divers ainsi qu'au traditionnel petit match de football au cours duquel le staff technique et les frères Bayat auront à coeur de démontrer toutes leurs qualités. Dans de telles conditions, ce stage ne renforcera pas que la seule cohésion au sein du groupe...

Le GB, Saint-Trond et Genk ont également misé sur cette formule. «Ces clubs épousent un peu le même profil que le nôtre sur le plan humain!» ponctue Pierre-Yves Hendrickx qui, lui, gardera la maison et toutes les paperasses qui vont avec.

© Les Sports 2006