Chelsea, nettement mieux outillé qu'Arsenal, a logiquement éliminé les Gunners mardi en 8e de finale de la Coupe de la Ligue anglaise (2-0).

L'équipe d'Arsène Wenger, qui avait décidé de reposer la plupart de ses titulaires habituels, n'a rien pu faire, comme souvent, contre Chelsea et se retrouve éliminée avant les quarts pour la première fois depuis 11 ans. En face aussi les Blues évoluaient sans leurs cadres mais les David Luiz, Mata, Obi Mikel ou Eto'o pèsent autrement plus lourd que les baby-Gunners que sont Miyaichi ou Jenkinson.

Les joueurs de Mourinho, invaincu en neuf matches désormais face à Wenger, se sont donc contentés de museler derrière le revenant et invisible Bendtner et de placer quelques banderilles devant en profitant des immanquables erreurs d'Arsenal. Une incompréhension entre Jenkinson et Wilshere a ainsi permis à Azpilicueta d'ouvrir le score (25). C'est ensuite Mata qui a doublé la marque (65) alors que les entrées en face d'Özil et Giroud n'ont pas permis d'inverser la tendance.

Cruellement amoindri également par les absences au milieu de Flamini et Arteta, Arsenal s'incline donc pour la deuxième fois d'affilée à domicile après son revers contre Dortmund.

Malheureusement pour lui, après avoir profité d'un calendrier généreux pour partir comme une flèche, le leader du championnat montre surtout qu'il a peut-être été encensé un peu tôt et qu'il n'est pas forcément taillé pour rivaliser déjà avec les grosses écuries qui ont une profondeur de banc bien plus importante. En revanche, son dauphin vient lui de frapper un autre gros coup, 48 heures seulement après avoir dominé, même avec de la chance, City en championnat.

A la tête du groupe le plus dense du pays, Mourinho peut se frotter les mains car il doit désormais savoir qu'il pourra disputer les quatre compétitions dans lesquelles il est aligné avec des chances raisonnables de titre.


Sortie de De Bruyne, sans éclat

Si Kevin De Bruyne a reçu sa chance mardi soir face à Arsenal, il ne l'a pas saisie à 100%. Visiblement un peu tendu, le Diable s'est contenté de faire le boulot, mais sans la fougue qu'on lui a déjà connu. Bref, une prestation sans éclat qui ne le fera pas remonter dans la hiérachie de l'équipe des Blues. Mourinho a toutefois félicité le joueur à sa sortie à la 68e.

La fin de match est hachée. Giroud et Özil tentent d'apporter leur fraîcheur mais ne parviennent pas à faire la différence. Finalement, ce sont les Blues qui se procurent les plus belles occasions - Eto'o et Ramires - en contre-attaque.

Quant à Thomas Vermaelen, capitaine, il a livré un match costaud et n'a pas commis d'erreur. Mais la défaite de son équipe et les deux buts encaissés par sa défense ne risquent pas de jouer en sa faveur pour l'avenir...

------------------------------------------------------

Un grand Januzaj à Manchester - Norwich (4-0)

Manchester United, convalescent, recevait pour sa part Norwich. Januzaj était aligné d'entrée tandis que Fellaini ne figurait même pas sur la feuille. Voici la composition de David Moyes au coup d'envoi: Lindegaard; Rafael, Ferdinand, Vidic, Büttner; Zaha, Cleverley, Jones, Young; Januzaj, Hernandez.

Tout commence bien pour notre compatriote Januzaj puisque c'est lui qui provoque le penalty du 1-0 (Chicharito) dès la 20e minute de jeu! On retrouve le jeune belgo-albanais quelques minutes plus tard mais sa frappe lèche la transversale du but de Norwich!

En seconde période, Chicharito inscrit un nouveau but de la tête (54e) et s'offre ainsi un doublé. ManU est sur du velours. Phil Jones (88e) et Fabio (90e) donneront au score son allure définitive dans les derniers instants.