Standard - Genk, c’est un choc entre deux clubs qui font confiance aux jeunes. Ils les forment puis les lancent en équipe première. Respectivement 2e et 4e au classement, ils démontrent que cette politique n’est pas incompatible avec l’ambition de jouer les premiers rôles.

Christian Benteke est passé par les deux centres de formation. Taillé à Liège jusqu’à ses 16 ans, il a ensuite poursuivi sa formation durant un an et demi à Genk avant de revenir au Standard. "Dans les deux clubs, on apprend bien. Avant d’aller à Genk, je pensais que les deux formations se valaient. Pour avoir connu les deux, je peux affirmer maintenant que le Standard est le meilleur club formateur", assure l’attaquant de 18 ans.

1La philosophie : "Quand j’ai quitté le Standard pour aller à Genk, parce que je pouvais mieux y combiner foot et études, je croyais que Genk accordait la priorité aux jeunes. C’est vrai dans les équipes d’âge m ais cela s’arrête quand le jeune passe en équipe première. Chez les pros, c’est nettement plus compliqué de recevoir du temps de jeu. Peut-être est-ce dû à la pression des résultats ? Le Standard fait davantage confiance et accorde beaucoup d’attention aux jeunes du noyau A. On fait souvent des " heures sup’ " aux entraînements quand les autres joueurs du noyau rentrent au vestiaire. L’entraîneur, lui-même, reste avec nous pour nous faire travailler nos points faibles. En ce qui me concerne, c’est le pied gauche."

2Les infrastructures : "Le bâtiment et les terrains disponibles pour les jeunes de Genk sont très bien mais il n’y a pas de comparaison possible avec l’Académie du Standard. Ici, les infrastructures et l’encadrement réservés aux jeunes sont exceptionnels. Pour le moment, les jeunes (Carcela, Yagan, Mangala, Benteke ) doivent se changer dans le bloc jeunes et non dans le bloc "pros" . De cette manière, l’entraîneur nous fait ressentir la distance qui nous sépare encore des " pros" "

3Expérience "U21" : "Dans les deux clubs, on laisse la place aux jeunes. Les seuls joueurs du noyau A qui redescendent en "U21" , ce sont les jeunes. A Genk, ils vont même jusqu’à lancer des jeunes de 15 ans en Espoirs. La saison passée, alors que je n’avais que 16 ans, je jouais avec les "U21" de Genk. Nous avons été champions. Et, cette saison, ils sont encore en tête pour le moment. Je l’ai dit : Genk a de bons jeunes. Mais faire le pas vers les "pros" reste compliqué."