Ce mardi, le derby de Milan a pris feu. Dans un San Siro désert, les deux équipes se sont livrées une belle bataille (victoire sur le fil 1-2 des Intéristes). Mais les supporters assis sur leur canapé ne se souviendront certainement pas de la victoire de l'Inter face à l'AC. Non, ce qui a retenu l'attention est clairement le clash en fin de première période entre Romelu Lukaku et Zlatan Ibrahimovic. Retour sur une altercation pas comme les autres.

Ce qu'ils se sont dit

Les images sont impressionnantes. Captée par Rai Italia, la bagarre entre les deux hommes a commencé après une faute de Romagnoli sur le Diable. Zlatan Ibrahimovic (1,95m, 95kg), l'attaquant du Milan, et Romelu Lukaku (1.90m, 94kg), celui de l'Inter, sont alors venus se faire une tête contre tête. L'arbitre siffle finalement la mi-temps mais l'altercation continue sur le chemin pour rejoindre les vestiaires.

Dans son édition du jour, la Gazzetta dello Sport est revenue sur la bagarre entre les deux hommes. Selon le journal, Ibra aurait lancé "Va faire tes rites vaudou de merde ailleurs, petit âne". La réponse de Big Rom a fusé: "Viens, on se rejoint dans les vestiaires". Zlatan a ensuite continué à chercher le Diable rouge. "Va appeler ta mère et allez faire vos rites vaudou de merde."

Cette dernière phrase a fait exploser Romelu Lukaku. "Je t'emmerde, toi et ta femme. On parle de ta mère ? C'est une p****". Cette joute verbale s'est ensuite poursuivie dans le tunnel. "Tu veux parler de ma mère sale fils de *** ? Je te tire une balle dans la tête".


Juste avant l'altercation du tunnel, les deux joueurs ont écopé d'une carte jaune. Si les esprits se sont calmés en seconde mi-temps, Zlatan Ibrahimovic a lui pris une seconde biscotte et a du quitter le terrain précipitamment. En conférence de presse, Stefano Pioli est revenu sur cet incident. "Malheureusement, l'infériorité numérique a tout compliqué. Ibra s'est excusé devant tout le groupe. Comme le champion qu'il est. L'altercation? Il s’est un peu emporté dans sa volonté d’aider l’équipe. Les deux joueurs sont majeurs et vaccinés. Ils se sont dit des choses sur le terrain. Nous devons nous en remettre et penser au prochain match."

Après la rencontre, Antonio Conte a lui tenu à défendre son numéro neuf. "Les derbys sont comme ça, ce n’est pas une promenade de santé. J’étais footballeur et je sais que pendant le match les esprits sont chauds. D’un côté, j’étais content de voir Lukaku comme ça sur le terrain. Ibra a, en lui, la méchanceté du gagnant, de ce qu’il ne faut pas perdre et, de ce point de vue, Romelu grandit. Vous savez l’importance qu’il a dans notre équipe et si de temps en temps il se fâche, ça me rend juste heureux."

Les origines du clash

Comment interpréter les insultes de la part de Zlatan Ibrahimovic? Selon la presse italienne, elles peuvent être une référence aux origines congolaises de l’international belge et comme un rappel à un épisode remontant aux années de Lukaku en Angleterre. Après ses excuses, le Sudéois a assuré ne pas avoir utilisé de termes racistes à l’encontre de Lukaku.

© D.R.

L'histoire du vaudou trouve son origine à Everton. Il y a deux ans, Farhad Moshiri, l'actionnaire majoritaire du club, avait fait une déclaration à propos de la mère du joueur lors d'un éventuel transfert à Chelsea, qui n'est finalement pas concrétisé. "J'ai passé deux étés à essayer de le conserver (...) Le premier été, cela m'a pris trois mois, et nous avons réussi à le garder un an de plus. L'été dernier, nous lui avons proposé une meilleure offre que Chelsea mais il ne voulait simplement pas rester.... Si je vous dis ce que nous lui avons proposé, vous ne me croirez pas (...) Puis soudain, durant la réunion, Romelu a appelé sa mère et a dit qu'elle était en pèlerinage en Afrique, qu'elle avait vu une sorte de vaudou qui disait qu'il devait signer en faveur de Chelsea."

Lukaku avait fait savoir à la BBC, par un de ses représentants, que sa décision n’avait rien à voir avec de telles croyances et que lui-même était catholique.

Finalement, le Diable avait choisi de rejoindre Manchester United pour 85 millions d'euros. Chez les Red Devils, il est devenu le coéquipier pendant quelques mois d'un certain... Zlatan Ibrahimovic. Lors de son arrivée en provenance d'Everton en 2017, Lukaku était en concurrence avec le Suédois, qui avait quitté le PSG an an auparavant. Ce dernier souhaitait prouver à tout le monde qu'à 35 ans, il en avait encore sous la pédale, d'autant qu'il sortait d'une grave blessure au genou lors d'un match d'Europa League contre le RSC Anderlecht. 

Avec 126 minutes, sept matchs pour une titularisation commune, on ne peut pas dire que les deux joueurs ont entretenu une relation fusionnelle sur le terrain. En dehors, les deux joueurs se respectent, sans plus. Pour la Gazzetta dello Sport, le Suédois avait déjà un peu chargé le Belge en octobre 2019. "Je dirai ceci sur Romelu: ne vous attendez pas à une bonne technique de Lukaku", avait-il commencé. "Sa meilleure qualité est sa puissance. Si seulement il m'avait écouté...". Ensuite, l'attaquant du Milan AC avait ajouté: "A United, nous avions fait un pari. 'Je te donnerai 50 livres pour chaque bon contrôle.' Il m'avait répondu: 'Et si je fais tout bien, qu'est-ce que j'y gagne?' 'Rien, je fais juste de toi un meilleur joueur!' Pour info, il n'a jamais accepté. Peut-être qu'il avait peur de perdre… Blague à part, Lukaku a cette envie folle de prouver au monde et je suis sûr qu'il fera aussi bien à l'Inter."

De son côté, Romelu Lukaku n'avait jamais caché son profond respect pour son rival. "Tout ce que j'ai appris de Zlatan était fantastique, de ses histoires qu'il m'a racontées quand il était à l'Inter, à Milan, à Barcelone et même à l'Ajax, jusqu'à être sur le terrain en travaillant avec lui, en voyant à quel point il était compétitif", avait-il confié dans une session de question-réponse. "Je me souviens d'une séance d'entraînement: comme nous étions tous les deux attaquants, nous n'étions jamais dans la même équipe et, à un moment donné, il y a eu un match 50/50."

Après cet énorme clash, les deux joueurs se retrouveront dans moins d'un mois. Ce 21 février, les deux ennemis jurés se rencontrent dans un derby qui s'annonce très très chaud.