Football

C'est ce jeudi après-midi que débutaient les audiences concernant l'arrêt du Clasico du 12 avril dernier.

Près de deux semaines après le Clasico arrêté à la demi-heure de jeu, le Standard, Anderlecht et l'arbitre Erik Lambrechts sont entendus pour la première fois par la chambre d'appel de la Commission des Litiges de l'Union belge.

Par trois fois, les supporters d'Anderlecht avaient lancé des feux de Bengale sur la pelouse, provoquant l'application de la procédure prévue dans ces cas-là : un appel au micro par le speaker, une interruption de la rencontre et un arrêt définitif, alors que le marquoir affichait le score de 2-0.

Kris Wagner, le procureur fédéral de l'Union belge, a tenu son réquisitoire dans lequel il a réclamé ce que nous vous annoncions précédemment. A savoir, 5000 euros d'amende et un match ferme à huis clos pour le Sporting d'Anderlecht, un score de forfait 5-0 en faveur du Standard et une sanction "alternative" obligeant le club bruxellois à faire de la prévention au stade Constant Vanden Stock lors de ses sept prochains matches à domicile.

Son réquisitoire dépassait en outre le cadre de ce Clasico puisque M. Wagner a aussi appelé à l'installation de caméras "avec une meilleur résolution pour identifier les supporters". De même, il songe à dépêcher des "chiens entraînés pour repérer les engins pyrotechniques à l'entrée".

Basé sur le rapport de l'arbitre, son réquisitoire s'est terminé au bout de près de vingt minutes et a précédé la défense anderlechtoise, assurée par Me. Luc Deleu, puisque l'arbitre de la rencontre Erik Lambrechts n'a rien eu à ajouter.

    L'avocat du club bruxellois a tenu à rappeler l'absence d'antécédents de son client, tandis qu'il a évoqué "des raisons de douter que cela a été fait par des fans d’Anderlecht" puisque les spotters et stewards engagés par le club de la capitale "ne reconnaissent personne". Il assure qu'il serait "dommage" de punir les "vrais supporters" mauves vu le "gros contraste avec les matches à l'extérieur".

    Avant de boucler son plaidoyer, Me. Deleu a utilisé la jurisprudence Charleroi-Standard. "Dans la décision finale, il est écrit que le huis clos n’est pas approprié pour le Standard en qualité de club visiteur et vu les efforts du club", tout en précisant que le Sporting d'Anderlecht se dit prêt à accepter le score de forfait et les 5000 € d'amende, mais refusera le huis clos ferme s'il est prononcé.

    Pour sa part, le Standard a demandé que le dossier sportif soit rapidement clos, réclamant que "le score de forfait soit entériné le plus vite possible".

    Avant que la séance ne se clôture, le procureur Wagner a repris la parole pour répondre à la défense anderlechtoise. Il a rappelé que le "huis clos n'est pas inutile".

    Revivez notre live-tweet