A tout point de vue, Kevin De Bruyne vit une saison exceptionnelle: qualifié pour la finale de C1, victorieux en Carbao Cup et (très) bien parti pour remporter le titre de Premier League. Clairement, le Diable rouge a été un rouage essentiel de tous les succès de City. Logiquement, son club lui a proposé de reconduire son contrat jusqu'en 2025 avec une belle revalorisation salariale.

Ce samedi, nos confrères de Sky Sports ont eu l'occasion de revenir sur sa saison ainsi que cette prolongation. Fait assez rare, il n'est pas passé par un traditionnel agent afin de négocier ce nouveau bail. Le milieu s'est doté d'une équipe afin d'évaluer sa situation. Dont une société d'analyse qui avait pour mission de rassembler toutes les données à propos de ses coéquipiers à Manchester City. Comme l'âge, la durée des contrats etc...

© Sky sports

"Mon entourage et moi voulions juste réfléchir à la façon dont le club envisage l'avenir" commence-t-il. "Ces statistiques étaient basées sur la façon dont l'équipe était bâtie. Ensuite, nous avons comparé toutes les données avec les autres équipes en fonction de l'âge, des contrats... Par après, nous avons analysé la façon dont j'aidais l'équipe à aller de l'avant".

Cette tactique assez inhabituelle devrait certainement être utilisée par d'autres sportifs. D'autant plus qu'il a paraphé un nouveau bail jusqu'en 2025. Avec des émoluments revus évidemment à la hausse. "Il ne s'agissait pas de comparer toutes ses choses en fonction de l'argent. Je voulais juste savoir comment notre équipe était construite pour prendre la meilleure décision. Honnêtement, je n'avais pas spécialement besoin d'aide pour savoir que je voulais prolonger. Mais les stats m'ont juste apporté la confirmation de ce que je pensais auparavant."

Malgré cette aide précieuse, Kevin De Bruyne a avoué qu'on accordait certainement trop d'importance aux statistiques dans le football. "Pour moi elles ne veulent pas tout dire. En tant que milieu de terrain, vous pouvez faire tellement de bonnes choses qui ne sont pas vues sur une feuille de statistiques" a-t-il précisé. Avant de poursuivre: "Beaucoup de monde compare les gens. Personnellement, je me fiche des statistiques. Certes, elles font partie du football moderne. Mais j'y attache très peu d'importance. C'est très différent d'il y a 10, 15 ans quand les yeux étaient le seul outil pour détecter un bon joueur."

Un rôle différent cette saison

Que ce soit pour la vue comme dans les chiffres, les performances de KDB pour City sont un véritable régal. Une fois de plus, il est le joueur qui crée le plus de danger en Premier League. Avec 3,44 chances créées par match, il devance Jack Grealish (3,41) et Bruno Fernandes (2,83). il est également le joueur qui donne le plus de passes décisives par rencontres disputées devant Grealish et Kane.

© Sky sports

Ce qui impressionne également, c'est sa faculté à rester le meilleur créateur du championnat malgré un rôle qui a évolué. Moins installé dans le coeur du jeu, celui qui évoluait en tant que numéro 8 ou 10 auparavant joue en tant que faux numéro neuf ou sur le flanc gauche. "Honnêtement, je fais juste ce qu'on m'a demandé ! Quel que soit le rôle." Au fil de sa carrière, cette polyvalence est devenue un atout non négligeable. "Depuis que je suis professionnel, je crois que j'ai été ballotté à toutes les places sauf défenseur central. Récemment, mon rôle a encore changé. Pour une raison que j'ignore car il s'agit d'un choix de Pep. Et je suis très content avec ce nouveau positionnement."

© Sky sports

Brillant cette saison (17 passes décisives), le Belge peut savourer. "Je n'ai pas eu de vacances l'été dernier. À cause du Covid et surtout parce que ma femme était enceinte. Nous avons joué tellement de rencontres dans un calendrier très serré. Même lorsque nous avons eu du mal, je suis parvenu à aider l'équipe pour remporter des victoires."

Comme à son habitude, il n'a pas hésité non plus à glisser un tacle à propos du nombre de matchs que les joueurs doivent disputer. "De toute évidence, il y a trop de rencontres cette saison. Avec le groupe, nous nous sommes réunis et nous avons manqué un seul match sur toute la saison. Il s'agit de la finale de FA Cup. Forcément, cela pousse le corps à être trop sollicité. Et il ne parvient pas toujours à suivre."

Et cela se confirme aussi par les chiffres. Le meilleur joueur de Premier League selon ses pairs a été sur le flanc quatre fois cette saison. Ce qui l'a fait manquer 12 rencontres en tout. Autant que lors des deux saisons précédentes réunies. 

La finale de C1, l'apogée

Pour la première fois de sa carrière, le joueur va disputer une finale de Ligue des champions. Tout comme son club. "Nous sommes très excités. Cependant, je ne pense pas que cela soit un soulagement. Surtout lorsque l'on voit la physionomie du match. Avec le carton rouge de Di Maria, on avait le sentiment que nous avions de grandes chances de ne pas perdre. On était déjà excité à l'idée de jouer la finale."

Cette finale 100% anglaise se jouera contre Chelsea. Club que City a affronté ce samedi avec une défaite dans les derniers instants à la clé. Pas aligné pour le ménager, KDB a manqué la première manche. L'interview pour Sky Sports a été réalisée avant cette rencontre. De Bruyne s'était déjà exprimé à propos de cette première confrontation. "Certaines personnes peuvent penser que le gagnant prendra l'ascendant psychologiquement. Personnellement je ne pense pas. Tout simplement car nous avons des objectifs très différents cette saison."

De toute évidence, Manchester City fêtera son titre de champions. Ce n'est qu'une question de temps. Il s'agira du troisième titre en quatre ans pour Pep Guardiola. Tandis que Chelsea, avec six points d'avance sur le quatrième, est en très bonne position pour se qualifier directement pour la C1. Une chose est certaine, la revanche du 29 mai s'annonce explosive.