L'ancien N.2 de la FIFA, le Français Jérôme Valcke, a lui échappé à la prison et écopé de 120 jours-amende avec sursis pour une accusation secondaire.

Dans ce dossier, le premier des multiples scandales du football mondial à aboutir à un jugement en Suisse, les deux hommes étaient accusés d'avoir conclu un pacte dans le dos de la FIFA, relevant de la "gestion déloyale" et passible de cinq ans de prison.

Le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone a rendu son jugement contre les deux prévenus, entendus pendant dix jours en septembre, ainsi que contre un homme d'affaires grec qui n'avait pas comparu pour raisons de santé, Dinos Deris.

Le parquet avait requis 28 mois d'emprisonnement contre M. Al-Khelaïfi, 3 ans contre M. Valcke et 30 mois contre M. Deris, avec sursis partiel dans les trois cas.

Il s'agissait du réquisitoire le plus sévère jamais prononcé sur le sol européen dans les multiples affaires qui minent la FIFA, alors que les États-Unis ont déjà envoyé deux anciens dirigeants latino-américains derrière les barreaux.