"Des doutes sur la forme de Messi", "Cela va laisser des traces": pluie de critiques dans la presse argentine après la défaite contre l’Arabie saoudite

L’Argentine a très mal démarré sa Coupe du Monde. Et au pays, les médias se sont déchaînés.

Brian Pierard
Argentina's Lionel Messi reacts after missing a chance during the World Cup group C soccer match between Argentina and Saudi Arabia at the Lusail Stadium in Lusail, Qatar, Tuesday, Nov. 22, 2022. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Lionel Messi essuie une pluie de critiques après la défaite contre l'Arabie Saoudite. ©Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Une grosse occasion dès la deuxième minute de jeu. Un but sur penalty à la 10e. Une domination de tous les instants. Et trois buts annulés sur hors-jeu. En faisant ce bilan comptable, à la pause d’Argentine-Arabie saoudite, il était légitime de se dire que l’Albiceleste allait réussir son entrée en matière à la Coupe du monde 2022.

Mais les supporters sud-américains ont déchanté en début de seconde période quand les Saoudiens ont inscrit deux buts en cinq minutes. Durant le reste du match, les hommes d’Hervé Renard ont réussi à faire le gros dos, résistants aux offensives de la bande à Messi. Au final, l’Argentine a connu une sacrée déroute.

Et outre-Atlantique, la presse du pays est revenue en long et en large sur cette débâcle.

À commencer par le média Olé. "Cela fait mal. Cette rencontre va laisser des traces pour longtemps. Le manque de réaction, l’absence de jeu proposé, le manque de pression et de solidité défensive. Autant de questions qui ne se posaient pas dans cette équipe. L’Argentine a perdu bien plus qu’un match contre l’Arabie saoudite. Elle a oublié ses propres principes de football dans le vestiaire et a commencé la Coupe du monde de la pire des manières", s’alarme le quotidien.

Avant de poursuivre en évoquant le match de Lionel Messi qui est passé du "rêve au cauchemar". "Il avait entamé la Coupe du Monde de manière idéale. Mais en deuxième mi-temps, quand l’équipe n’y arrivait plus, quand des erreurs se multipliaient, le N.10 n’a pas su changer le visage de son équipe. À aucun moment de la seconde mi-temps, il n’y a eu une bonne combinaison avec ses coéquipiers."

Lire aussi: Argentine - Arabie Saoudite: les cinq minutes qui ont fait toute la différence et la disparition de Messi

Dans les colonnes de Clarin, c’est le même son de cloche. On évoque les raisons de la défaite. "Comme si les planètes s’étaient alignées, l’équipe nationale a perdu le match que personne ne pensait perdre. L’Argentine a mal joué, a sous-estimé le jeu et n’a pas eu de chance. On savait comment l’Arabie saoudite allait jouer mais il n’y avait pas de plan B. Messi a joué l’un de ses pires matches en équipe nationale. Mais avec un Paredes statique, un De Paul qui avait beaucoup de déchet, un Di Maria qui ne débordait pas, le N.10 n’avait personne avec qui jouer."

Le quotidien La Nacion n’est pas tendre avec les Argentins non plus. "L’Argentine devait entrer dans l’histoire avec le record de 36 matches sans défaites. Elle repart avec beaucoup de questions avant son match contre le Mexique", écrit le journal. "Ça n’a pas marché, ça n’a rien donné et une tempête de sable a assombri l’horizon face à une équipe asiatique qui a remporté la victoire la plus retentissante de son histoire".

Le quotidien a d’ailleurs pointé du doigt l’état de forme de Messi. "Après la secousse des deux buts encaissés, on s’attendait à ce que la solution vienne de lui. Mais les années passent et la réponse physique de Messi est moindre. Il demandait le ballon mais c’était difficile d’un point de vue physique. Son absence de réaction en fin de match a jeté un doute sur son état de forme. […] Désormais, beaucoup de questions se posent. Pour Messi, un vétéran de cinq Coupes du monde, et pour le groupe. Scaloni a subi les doutes du débutant. Son capitaine ne l’a pas aidé et l’unité d’un groupe qui se sentait imbattable non plus."

En Espagne, où Lionel Messi est très suivi en raison de son lien avec Barcelone, on s’inquiétait également de l’état de santé physique de La Pulga. Marca qualifiait sa prestation d'"inquiétante" tandis que AS parlait de "dérapage mondial".