La colère d'Elio Di Rupo: "La FIFA montre que la seule chose qui compte, c’est l’argent"

Suite à l'interdiction du port du brassard arc-en-ciel, Elio Di Rupo s'est insurgé contre la FIFA.

Namur - Elio Di Rupo (PS): Ministre-président du gouvernement wallon. Elysette, Namur le 5 septembre 2022 (JC Guillaume)
Elio Di Rupo s'est mis en colère face à l'interdiction du port du brassard faite par la FIFA. ©JC Guillaume

Le brassard "OneLove", en faveur de l'inclusivité, a été interdit par la FIFA, qui a fait peser de grosses sanctions sur les joueurs désireux de braver cette interdiction.

Ce geste a soulevé la colère de nombreuses personnes, y compris le ministre-président du gouvernement wallon, Elio Di Rupo. "J’adresse un carton rouge à la FIFA pour son attitude vis-à-vis des équipes qui portent les brassards OneLove, écrit-il sur Twitter. C’est intolérable et cela va à l’encontre des valeurs inclusives enseignées par le sport. J’encourage vivement les Diables Rouges à le porter !"

Les Diables Rouges avaient déclaré lundi décider de ne pas porter le brassard, redoutant les cartons jaunes brandis en cas de non-respect des règles. "J'ai peur de dire quoi que ce soit. Je ne me sens pas à l'aise, c'est assez révélateur que nous sommes sous pression. C'est une situation regrettable que je n'ai jamais connue dans le football et j'espère ne plus revivre", avait déclaré Jan Vertonghen lors d'un point presse mardi.

"C'est la FIFA qui est décevante"

Elio Di Rupo a également exprimé sa tristesse à nos confrères de Sudinfo. "Cela me chagrine de voir que la FIFA, qui devrait montrer l’exemple en matière de sport et de libertés individuelles, décide finalement de se coucher devant les exigences nationales", déplore-t-il. "Ce brassard n’était pas seulement un symbole pour les LGBTQ+, mais un signe pour dire 'on est chez vous', mais nous défendons les libertés d’aller et venir, de vivre sa vie comme on l’entend, poursuit Elio Di Rupo. C’était vraiment une opportunité formidable mais là, la FIFA montre que la seule chose qui compte, c’est l’argent."

Cependant, le ministre-président du gouvernement wallon invite nos joueurs belges à porter le brassard en dépit de la menace, d'après son tweet. Une invitation qu'il nuance au vu du risque encouru par nos joueurs: "Je n’accable ni les fédérations nationales ni les joueurs. Je me rends compte que les joueurs peuvent être sanctionnés d’une carte jaune et cela peut s’avérer un réel handicap dans une compétition de cette importance", explique Elio Di Rupo.

Elio Di Rupo regrette un impact fort qui aurait pu être fait et qui n'aura pas lieu: "Un joueur de football, de hockey ou de tennis qui porte un tel brassard, cela a un impact important sur les jeunes (…) Cela doit nous faire prendre conscience que nous avons la chance de vivre en Belgique et en Europe".