”Karim Benzema pourra-t-il recevoir sa médaille de champion du monde ?”: quand les médias français rêvent déjà d’une troisième étoile

Déjà qualifiée pour les huitièmes de finale, l’équipe de Didier Deschamps a réussi ses débuts dans cette Coupe du monde 2022 et donne l’impression de maîtriser son sujet. De quoi déjà rêver d’un nouveau titre de champion du monde ? En France, on semble y croire.

J.Co.

En seulement deux matches, la France a déjà fait forte impression à la Coupe du monde 2022. Malgré les nombreux blessés, les Bleus ont surclassé l’Australie avant de battre méritoirement une bonne équipe du Danemark samedi soir. Un parfum d’optimisme s’est emparé du pays, où on imagine déjà Kylian Mbappé et ses coéquipiers aller très loin.

”Il est prêt à battre tous les records” : Mbappé affole la presse internationale après le match contre le Danemark

Dans un article publié sur son site, RMC Sport se demande même si Karim Benzema, qui avait dû quitter l’Equipe de France sur blessure avant le premier match, aura droit à sa médaille de champion du monde si l’équipe allait au bout. “S’il est bien trop tôt pour penser à une éventuelle finale, une question revient dans les discussions depuis quelques jours : si les Bleus triomphent le 18 décembre prochain, Karim Benzema sera-t-il considéré comme champion du monde au même titre que ses coéquipiers ?”, s’interroge-t-on du côté de la radio française (spoiler : la réponse est oui).

Dans son édition du jour, le journal L’Equipe se montre plus mesuré. Tout en reconnaissant que la bonne ambiance qui règne actuellement au sein du groupe permet de croire à un nouvel exploit, quatre ans après la deuxième étoile remportée en Russie. “C’est peut-être le début d’une épopée”, espère-t-on. Samedi déjà, quelques heures avant le match face aux Danois, le même journal soulignait déjà l’ambiance détendue au sein du groupe depuis le départ de Karim Benzema – ce qui avait d’ailleurs créé quelques remous… “De l’avis de nombreux témoins, il y a un avant et un après dans la vie de groupe depuis le départ de Benzema. À l’hôtel, l’atmosphère semble plus légère. C’est même un sujet de discussion en interne ou entre les joueurs et leur entourage”, écrivait L’Equipe.

Une chose est sûre : la France semble plus forte que jamais, portée par la solidité de son groupe. Ce climat détendu contraste avec celui que connaissent actuellement nos Diables rouges, où les tensions sont vives alors que l’équipe est mal embarquée dans ce Mondial au Qatar…