Roberto Martinez après la défaite des Diables rouges contre le Maroc : “Il y a des tensions dans le groupe”

La déception est compréhensible. Au lendemain de la claque infligée par le Maroc aux Diables rouges, l’ambiance ne semble pas au beau fixe dans les vestiaires d’après le sélectionneur national Roberto Martinez, interrogé par nos confrères de la RTBF.

Belgium's head coach Roberto Martinez gestures during a soccer game between Belgium's national team the Red Devils and Morocco, in Group F of the FIFA 2022 World Cup in Al Thumama Stadium, Doha, State of Qatar on Sunday 27 November 2022.
BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR
Roberto Martinez

”Hier, j’ai vu la peur de perdre sur les visages et c’est de ma responsabilité de trouver des solutions, de changer l’état d’esprit des joueurs”, débute Roberto Martinez. “Notre équipe est offensive et aime se créer des opportunités. On est parvenu à casser la première ligne de pressing du Maroc à plusieurs reprises, mais sans se procurer des grosses occasions. C’est pour ça que la joie n’était pas présente de notre côté dans cette partie. On ne parvient pas à développer tout notre potentiel en ce moment”, continue-t-il, avant d’assurer qu’il “sait quoi faire pour faire revenir la joie dans l’équipe” : “On a quelques jours devant nous. On a fait suffisamment de choses dans le premier match pour le gagner. On a mieux débuté contre le Maroc, on a eu de bons moments. Il y a plusieurs aspects sur lesquels nous n’étions pas prêts, ça doit redevenir le cas contre les Croates. C’est un peu notre finale dans ce Mondial. Je n’ai pas de regret sur ce match, je n’en ai jamais”, a ajouté le sélectionneur national.

"Très loin de leur niveau de 2018", "Kevin De Bruyne avait raison": la presse internationale tacle les Diables après leur déroute contre le Maroc

Auprès de la RTBF, le coach des Diables rouges a affirmé qu’il y avait actuellement des “tensions dans le groupe” : “C’est naturel. Les joueurs évoluent ensemble depuis très longtemps. C’est comme dans une famille. Si vous n’avez pas de tension ou de désaccord, c’est que vous n’avez pas d’émotions. On espérait être qualifié dès le deuxième match, mais c’est la réalité. Il nous reste une opportunité de passer”, a-t-il conclu au micro de nos confrères.