Après avoir perdu 2-0 à l'aller, le Barça a pris les devants grâce à une jolie frappe en pleine lucarne d'Ousmane Dembélé (12e), puis a arraché la prolongation grâce à une tête de dernière minute de Gerard Piqué (90e+3) sur un centre d'Antoine Griezmann.

Il a ensuite validé son ticket pour la finale grâce à un but de Martin Braithwaite en prolongation (95e), alors que les Sévillans évoluaient à dix depuis l'expulsion de Fernando (90e+2).

Deux autres cartons rouges adressés au banc sévillan, en prolongation aussi, sont venus éteindre les derniers espoirs de qualification andalous (102e, 103e).

Mais ce réveil catalan, complètement inattendu après les récentes désillusions sportives et le scandale judiciaire qui a secoué le club lundi, a dû alerter le Paris Saint-Germain.

Vainqueur 4-1 au Camp Nou en 8e de finale aller de Ligue des champions, les Parisiens devront aborder le match retour avec sérieux, mercredi prochain au Parc des Princes, face à ce Barça surprenant et plein de ressources.

Car mercredi c'est bien l'une de ses meilleures prestations de la saison qu'a signé le onze de Ronald Koeman.

Après avoir arraché sa qualification sur le fil contre Grenade au tour précédent (5-3), et contre Cornella (D3) encore avant, les Catalans ont refait le coup mercredi, poussant encore le match en prolongation pour doucher les espoirs sévillans.

Pour la première fois depuis longtemps, le Barça a joué en équipe: les sorties du pressing sévillan ont été étonnamment fluides et sereines, et le lien avec les éléments offensifs a été facilement trouvé.

Notamment grâce aux appels tranchants et verticaux du champion du monde français Ousmane Dembélé, préféré à Griezmann pour accompagner Messi en attaque... mais qui a fini le match sur le banc, visiblement touché au mollet gauche et remplacé par Francisco Trincao (89e).

- Piqué grimace -

Ce match a été plein de rebondissements et aurait pu basculer plusieurs fois. Sur une puissante reprise acrobatique en ciseau du pied gauche de Jordi Alba, qui s'est écrasée sur la barre transversale (67e), par exemple. Ou sur un arrêt décisif de Marc-André ter Stegen quand Lucas Ocampos a mal frappé un penalty (73e) après une faute d'Oscar Mingueza dans la surface.

Koeman, qui avait décidé de rester sur son 3-5-2 efficace ces derniers matches, a encore remporté son bras-de-fer tactique face à Julen Lopetegui, avec un schéma encore prometteur... aux dépens de Griezmann, entré en cours de jeu à la 62e mais resté quasi-transparent, hormis la passe décisive à Piqué.

Le défenseur catalan a d'ailleurs donné des frissons à tout un club: revenu d'une lourde blessure au genou droit, Piqué a grimacé en se tenant cette même rotule en fin de match (107e). Et même s'il a tenu bon jusqu'au coup de sifflet final, cette alerte est à surveiller, à une semaine de l'affiche face au PSG.

Sous les yeux des trois candidats à l'élection pour la présidence du club, logés côte-à-côte dans le Camp Nou vide et qui s'affronteront lors du scrutin de dimanche, le pesant début de semaine du Barça a donc débouché sur une apothéose.

Une première "remontada" réussie, deux jours après l'arrestation de l'ex-président Josep Maria Bartomeu (libéré depuis) dans le cadre de l'affaire du "Barçagate"... Et un gros signal envoyé au Paris SG qui a certainement assisté, à distance, au réveil inattendu et brutal d'un Barça sous sédatif depuis un an.