Alain Courtois, l'initiateur de la candidature commune de la Belgique et des Pays-Bas pour l'organisation des Mondiaux 2018-2022, ne veut pas croire en la déclaration de Joseph Blatter, le président de la Fédération internationale de football (Fifa), qui plus tôt dans la journée de vendredi aurait déclaré lors d'une conférence de presse à Asuncion que l'instance internationale rejetterait les candidatures conjointes pour ces deux Coupes du Monde.

Le sénateur a déclaré à la radio flamande Sporza que "Blatter ne s'était pas exprimé ainsi". "Nous savons que Blatter est partisan d'une candidature unique, mais plus que cela il n'a rien ajouté aujourd'hui", a expliqué Courtois. "Il n'a jamais dit catégoriquement non à une candidature conjointe. Nous continuons de la même manière qu'avant", a encore ajouté le coordinateur de la candidature belgo-néerlandaise.

Suivant le modèle de la Coupe du monde 2002 co-organisée par le Japon et la Corée du Sud, l'Espagne et le Portugal avaient l'intention de présenter une candidature conjointe pour organiser le Mondial-2018, tout comme les Pays-Bas et la Belgique.

L'Angleterre, l'Australie, la Chine, l'Indonésie, le Japon et le Mexique ont déjà annoncé leur intention de se porter candidat à l'organisation des Mondiaux 2018 et 2022.

Le 15 janvier, la Fifa a demandé aux pays intéressés par l'organisation des Coupes du monde 2018 et 2022 de se manifester avant le 2 février. Elle désignera les pays organisateurs de ces compétitions en décembre 2010.