Les Unionistes ont dominé le premier acte avant de souffrir, sans craquer, à la reprise

Disputer une demi-finale de Coupe de Belgique, voilà 50 ans que tous les sympathisants de l’Union Saint-Gilloise en rêvaient. Les plus anciens avaient encore en tête cette élimination contre le Lierse en 1969 et espéraient voir leur équipe effacer cette déception.

Pour espérer, il fallait avant tout bien négocier la manche aller et résister à la pression d’une équipe malinoise que les Unionistes n’ont pas encore battu en championnat cette saison. Et ce n’est pas la présence de 13000 supporters malinois dans les travées qui mettaient la pression aux joueurs de Luka Elsner. Mieux, ils prenaient le premier acte à leur avantage, Selemani obligeait Verrips à se détendre au bout de 30 secondes.

La suite de la première période sera faite de regrets et de frustration pour les Unionistes. La frustration de voir par deux fois Tau se faire annuler un but pour des positions de hors-jeu plus que limites.

La rencontre prenait une autre tournure au retour des vestiaires avec l’exclusion de Peyre pour une deuxième jaune. Du coup, Malines mettait enfin le nez à la fenêtre et surtout la pression. Mais Kristiansen ne craquait pas et sortait deux parades décisives devant Storm et Engvall.

Avec ce partage 0-0, l’Union peut continuer à rêver d’accéder à la finale en cas de résultat positif mardi lors de la manche retour au stade Marien.



Malines: Verrips, Bagayoko, Swinkels, Mera, Bijker, Van Damme, Schoofs, Kaya, Storm (63e Tainmont), Engvall, De Camargo (70e Togui).

Union: Kristiansen, Vega, Kandouss, Peyre, Iriondo, Teuma, Traoré, Fixelles (49e Besuschkow), Selemani, Niakaté (71e Tabekou), Tau (83e Ferber).

Arbitre: M. Van Driessche.

Avertissements: Niakaté, Kandouss.