La FIFA s'est engagée à recourir au passeport biologique, considéré comme une des armes antidopage les plus efficaces, lors de la Coupe des Confédérations'2013 et la Coupe du Monde'2014. Chaque joueur participant à ces tournois sera soumis à des tests en compétition et hors compétition.

La décision a été prise jeudi soir à l'issue d'une réunion au siège de Zürich où le président de la fédération internationale de football (FIFA) Joseph Blatter et le secrétaire-général Jérôme Valcke, ont débattu de la question avec leurs homologues de l'agence mondiale antidopage (AMA) John Fahey et David Howman.

Michel D'Hooghe, Président de la Commission Médicale de la FIFA, était également présent.

Il a indiqué qu'en 2012, un total de 662 échantillons d'urine ont été prélevés au cours des compétitions FIFA, dont la Coupe du Monde des Clubs, les qualifications pour la Coupe du Monde et les Tournois Olympiques messieurs et dames. Un seul cas de dopage a été décelé en octobre.

"En 2014 la FIFA dépensera 2,5 millions de dollars (1,87 million d'euros) dans la bataille anti-dopage", a en outre expliqué le docteur brugeois.

Les contrôles sont menés au hasard. Sur les 820 matches préliminaires de la Coupe du Monde, la FIFA réalisera des contrôles antidopage lors de 114 rencontres et recueillera un total de 456 échantillons. Au cours de ces matches, quatre joueurs seront soumis à un contrôle et l'un d'entre eux passera un contrôle EPO. Tous les joueurs participant à la Coupe du Monde auront des profils biologiques.