Dominique D'Onofrio, l'entraîneur du Standard est apparu serein, lundi en début d'après-midi. Serein et même franchement détendu, alors que mardi soir à Genk, le Standard disputera une rencontre décisive pour l'attribution du titre de champion de Belgique, face au Racing local. Ceci dans le cadre de la dernière journée des playoffs1. "Nous n'avons finalement rien à perdre", assure le coach liégeois. "D'ores et déjà, notre campagne est une réussite. Une réussite exceptionnelle, même. Reconstruire en un an, un ensemble, qui a perdu 8 titulaires durant la trêve estivale, cela tient du miracle."

Cette impression est confirmée par Eliaquim Mangala. L'international espoir français du Standard estime que la saison 2010-2011 aura été celle "de l'éclosion". "Durant la phase classique du championnat, ,nous avons surtout manqué de stabilité", enchaîne Dominique D'Onofrio. "Ceci était notamment dû aux nombreuses blessures qui se sont succédées au sein de notre noyau. En récupérant des éléments essentiels, auxquels sont venus s'ajouter Kanu, Van Damme et Camara, nous avons constitué un ensemble de valeur. Mais nous ne sommes pas les favoris", prétend Dominique D'Onofrio. "Genk a survolé les débats et il aura la chance de disputer cette grande apothéose devant son public."

A propos du demi-point d'avance que possèdent les Limbourgeois, Dominique D'Onofrio réplique : "Frankie Vercauteren est un excellent entraîneur, que j'apprécie énormément. Je ne crois pas qu'il va se contenter de jouer le match nul. Car personne ne maîtrise jamais tous les paramètres d'une rencontre."

Par ailleurs, champions ou pas, les joueurs du Standard ne viendront pas saluer leurs supporters, qui seront massés Place Saint-Lambert au centre de la Cité Ardente, pour y suivre Genk-Standard sur écran géant. "Ils reviendront directement à l'Académie Robert Louis-Dreyfus, en prévision de la finale de Coupe de Belgique, qui se déroulera samedi, face à Westerlo", dit Sacha Daout, l'attaché de presse des Rouches. "Samedi par contre, dès notre retour du Heysel, nous nous retrouverons sur cette même place."