Le Standard le sait, il risque gros, dimanche soir, dans les installations de la lanterne rouge, le Lierse. Après s'être payés le scalp d'Anderlecht, qui trônait à l'autre extrémité du classement, les Rouches doivent confirmer au Lisp pour ne pas perdre le bénéfice de leur dernier succès. «Le Lierse est une équipe blessée qui n'a rien à perdre contre le Standard», prévient Dominique D'Onofrio, prudent comme d'habitude. «J'espère qu'on ne va pas les relancer car c'est une mauvaise habitude chez nous... Il ne faudrait pas aller perdre au Lierse le fruit de notre travail et de notre victoire contre Anderlecht. C'était un match plein de notre part: organisation, rigueur, combativité, efficacité... Cela nous a rassurés. On a prouvé à toute l'Europe que le Standard était bien là. Maintenant, il faudra afficher la même rage de vaincre lors de chaque rencontre...» Et casser la série de trois défaites consécutives en déplacement, à Mouscron, au Brussels et à La Gantoise. «Je ne sais pas pourquoi on s'exporte mal», avoue l'entraîneur du Standard. «Peut-être est-ce la fatigue. Ou la nervosité. Pourtant, en début de saison, on jouait aussi bien à l'extérieur qu'à domicile. Regardez le match du Cercle. Mon souhait pour 2006? Rééditer notre second tour de la saison passée, comme cela, on sera champion!» Pour cela aussi, le Standard devra oublier ses mauvaises habitudes... (D.D.M.)

© Les Sports 2005