Onze heures, lundi matin. Pendant que les Diables rouges arrivent à Neerpede, Herman Van Holsbeeck fait le point sur le mercato le plus compliqué de sa carrière.

"Je suis content quand les enfants retournent à l’école. Cela signifie que le mercato est fini. Cela devient de plus en plus difficile, surtout à cause des fuites dans les journaux. A Bruges, cela n’arrive pas. C’est le seul truc qui me rend jaloux".

"Boussoufa a défendu ses intérêts"

"Je suis plus rationnel et moins émotionnel que notre président. Il n’a que des filles; il considérait donc Boussoufa comme un de ses fils, à l’instar de Zetterberg et Baseggio. On avait un accord sur le salaire et les primes, mais on n’était pas d’accord sur la durée. Après une saison, on voulait nous-mêmes pouvoir décider si on garde Boussoufa ou pas. Il était un enfant du club et il a su baisser le prix de transfert de 4 millions à 1,75 million. Mais ensuite, il a défendu ses intérêts; je le comprends. Nous avons fait la même chose avec nos intérêts. Si on ne fera plus de tentative à l’avenir ? Dans le football, on ne sait jamais. Il viendra peut-être en janvier."

"Pour 25 millions, Praet à Wolfsbourg"

"Dans les 48 dernières heures du mercato, il y a toujours des clubs qui paniquent et qui s’informent. Mais on n’a pas besoin d’argent. On n’a donc pas baissé le prix : 15 millions, qui peuvent en devenir 12 ou 13. Si Praet était parti, on aurait fait un effort supplémentaire pour Boussoufa. Praet partira-t-il en janvier ? Si un club comme Wolfsbourg ou Manchester City met 25 millions sur la table, on ne va pas dire non."

"Pas d’offres pour Vanden Borre"

"Beaucoup d’agents m’ont dit qu’ils avaient un club pour Anthony Vanden Borre, mais finalement, il n’y a rien eu. Il devra donc montrer sa bonne volonté dans le noyau B. C’est dommage d’en arriver là. A terme, je voyais en lui quelqu’un qui pourrait accompagner des jeunes Africains de la deuxième ou troisième génération."

"Acheampong : de 5 à 1 million à Ostende"

"S’il avait réalisé un bon match à Ostende, il était parti. Mais l’équipe était mauvaise et lui, il était catastrophique. En 90 minutes, sa valeur a baissé de 5 millions à 1 million."

"N’Sakala ? Non à Lille"

"On a eu une offre de Lille pour N’Sakala. Mais je l’ai déjà dit : on n’est pas le CPAS. Si on ne reçoit pas la somme qu’on veut, on ne vend pas."

"Dendoncker, Tielemans et Najar visés"

"On aurait pu vendre pour beaucoup plus que 30 millions. Dendoncker, par exemple, a suscité beaucoup d’intérêt. La même chose vaut pour Tielemans et Najar. Mais Anderlecht est en bonne santé : on n’a pas besoin d’argent."

"Leya Iseka ne voulait pas être prêté"

"Leya Iseka a décidé lui-même de rester. On lui a conseillé de jouer ailleurs pendant une saison, mais il veut se mesurer à nos quatre autres attaquants."

"Plus de cadeaux pour Vico"

"Vico revient mercredi, s’il le faut jusqu’à la fin de son contrat. On ne lui fera plus de cadeaux. Il devra lui-même tirer son plan ici."

"Moi, je me limite à mon enveloppe"

"Il fut un temps où Anderlecht payait deux ou trois fois la valeur d’un joueur. Maintenant, cette époque est révolue. Je vois comme on jongle avec des millions à Bruges, qui a acheté Vossen. Moi, je reçois une enveloppe et je dois composer avec cette donnée. Je cherche des joueurs qu’on pourra revendre en réalisant une plus-value. Mais on est prêt pour le défi avec Bruges."