La signature de Mbark Boussoufa (prêté par le Lokomotiv Moscou) à La Gantoise a été une vraie course contre la montre.

Bentley qui claque par son blanc étincelant, pull à capuche noir près du corps, slim assorti, iPhone blanc collé à l’oreille et une main levé devant son visage pour se protéger des flashes. L’arrivée de Mbark Boussoufa à la Ghelamco Arena n’est pas passée inaperçue et colle parfaitement au personnage. Le come-back ne fut pas simple mais la Pro League est prévenue : le prodige est de retour dans la maison (rénovée) qui l’a fait connaître. Il y passera en tout cas les six prochains mois.

© Belga

La journée de lundi a été quelque peu mouvementée pour Michel Louwagie. En fin d’après-midi, après avoir conclu d’autres deals, le manager gantois a participé une réunion dont le sujet principal était la signature du Marocain du Lokomotiv Moscou. Il s’est ensuite entretenu avec le joueur dans un restaurant à Lokeren, histoire d’éviter d’attiser la curiosité des fans gantois (loupé, plusieurs personnes ont fait état de cette entrevue).

L’accord enfin scellé, les deux hommes se sont lancés dans une véritable course contre la montre. Tout devait être envoyé aux instances administratives avant les douze coups de minuit. Avant de foncer, La Gantoise avait eu la présence d’esprit de communiquer à l’Union belge son intention de leur faire parvenir des documents dans les derniers instants de la soirée.

Ceci étant annoncé, les deux hommes ont filé à Anvers pour régler certains détails. Sans être affirmatif, on peut supputer un passage au consulat de Russie situé dans la métropole. Le retour à la Ghelamco Arena devait se faire avant 23h40 sous peine d’être hors délais. Par chance pour les Buffalos, Mbark Boussoufa et Michel Louwagie étaient même une quinzaine de minutes à l’avance. Un timing presque parfait qui leur a permis de sceller un accord sur le buzzer.

Les contacts entre Mbark Boussoufa et La Gantoise ne datent pas d’hier. Le joueur a lui-même pris la peine d’appeler Michel Louwagie il y a à peu près une semaine. Le manager a sondé ses conseillers et les autres décideurs du club avant de se lancer dans des négociations. Anderlecht aurait également pu voir revenir le feu follet marocain que le public du Parc Astrid a tant aimé. Le club s’est toutefois opposé à un retour de Bouss.