La visite médicale ayant été une formalité, tout comme les négociations entre le Standard et le joueur, Cédric Collet (25 ans) s’est bel et bien lié au club champion de Belgique pour une durée de trois ans (+ un an en option). Après Mendes et Mutombo, considérés comme des joueurs en devenir, le Guadeloupéen de Mons est le premier élément confirmé à venir gonfler l’effectif de Bölöni.

Passé en coup de vent à Liège, il n’a pas encore été présenté à ses nouveaux équipiers ni même au coach. Hier, il est retourné à Paris après un détour par le Tondreau où a été actée la résiliation du contrat le liant à Mons. Ce n’est qu’à partir de lundi qu’il pourra enfiler sa nouvelle vareuse. "Le Standard me suivait depuis plusieurs mois mais jusqu’à la semaine dernière, je n’avais pas été mis au courant des tractations", affirme le médian gauche de 25 ans, visiblement aux anges. "C’est un pas aussi grand qu’inattendu dans ma carrière. Je suis flatté d’avoir été engagé par le champion de Belgique après une année difficile sur le plan collectif. Ai-je peur ? Si c’était le cas, je ne se rais pas l à ! J’avais beaucoup de propositions, en Belgique et ailleurs, mais celle du Standard était de loin la plus intéressante. Beaucoup de joueurs aimeraient être à ma place."

Plus encore que Dalmat, dont le potentiel était évident, "Robocop" , comme on le surnomme au vu de son imposante musculature, va devoir convaincre les sceptiques. C’est qu’à Mons, dans une équipe il est vrai à la dérive, il n’avait démontré ses qualités que de façon intermittente. "Je suppose que lorsque je le rencontrerai, le coach m’expliquera ce qu’il attend de moi. C’est dans le couloir gauche que je me sens le plus à l’aise mais avant de penser à remplacer Jovanovic, il me reste beaucoup de chemin à accomplir. Je suis d’accord avec Rudi Cossey quand il dit que je dois apprendre à défendre et à diversifier mon jeu. J’y ajoute la technique individuelle. Il va également falloir que je canalise mon agressivité, décuplée lorsque je monte sur un terrain."