Kevin De Bruyne se souviendra d’autant mieux de ce déplacement à Belgrade qu’il a inscrit son tout premier but comme Diable Rouge.

“Un premier but est toujours très chouette. Il l’est plus encore quand il se double d’une victoire. Je ne donne peut-être pas l’impression de le savourer à sa juste valeur mais ce n’est justement qu’une impression. C’est ma personnalité qui veut cela : que je gagne ou que je perde, je reste toujours très cool. Mais, croyez-moi, je me sens vraiment heureux. Je pensais même que je n’étais pas capable d’un tel match.”

Le gaucher du Werder Brême a évolué sur le flanc droit, hier soir. Avec le même brio et la même précision dans sa distribution.

Inspiré dès le coup d’envoi, il n’a pas flanché jusqu’à sa sortie qu’il devait assimiler à un hommage que lui rendait son coach pour la valeur de sa prestation.

“Physiquement, je suis au sommet de ma forme” , soulignait l’ex-révélation genkoise. “Je récolte les fruits de la remarquable préparation dont j’ai bénéficié avant la saison.”

Évoquant la rencontre, Kevin De Bruyne reconnaissait : “Nous avons vécu un début de match très difficile. Nous n’avons toutefois pas été désarçonnés : nous savions qu’il en irait ainsi. Ce sera la même chose en Croatie, j’en suis certain. Il n’empêche : le coach n’était pas content au repos. Je suis même d’accord avec ceux qui disaient que nous avions disputé la moins bonne mi-temps de la campagne.”

Il y eut heureusement une seconde période.

“Nous avons alors saisi notre chance et inscrit trois bien jolis buts. Ces trois points sont hyper importants mais ils seraient réduis à néant si nous concédions le partage contre l’Écosse. J’ignore si je disputerai ce match. Je comprendrais que Marc Wilmots décide d’aligner un joueur plus frais.”