François De Keersmaecker a été réélu comme président de l'URBSFA pour une période de deux ans, a annoncé l'Union belge de football samedi.

François De Keersmaecker était opposé à Joseph Allijns, le président du KV Courtrai, pour cette élection à laquelle participaient les membres du comité exécutif de la fédération. Et il a eu besoin d'un second tour.


C'est le sixième mandat d'affilée pour l'avocat malinois de 57 ans.

C'est la première fois depuis 2006 et la première élection de François De Keersmaecker que celui-ci n'est pas l'unique candidat à sa succession.


Marc Coucke s'en va

Marc Coucke, président du KV Ostende et membre du comité exécutif de l'URBSFA, a réagi avec beaucoup de déception samedi, à l'annonce des résultats du vote.


"J'en tire les conclusions, et j'ai immédiatement présenté ma démission en tant que membre du comité exécutif", a-t-il indiqué, furieux, à l'issue du vote. Il a quitté le bâtiment de l'UB bien avant les autres, signalant d'emblée à la presse qu'il avait présenté sa démission. "A l'époque, j'avais participé à l'audit qui a mis au jour la mauvaise gestion pendant le Mondial au Brésil, et qui a révélé d'atroces affaires. Je trouve incompréhensible qu'il y ait des gens qui souhaitent que cette gestion soit prolongée, mais bon, chacun a une voix. Je constate tout de même qu'il y a une énorme division entre les professionnels et les amateurs dans le football belge".

L'homme d'affaires flamand ne s'est pas montré tendre envers les membres ayant voté pour De Keersmaecker. "Je pense qu'ils ne voulaient sans doute pas perdre des voyages ou des petites cadeaux luxueux. Visiblement, ils préfèrent continuer sur le même chemin que durant les dernières années. Mais comme je l'ai déjà dit: ce sera donc sans moi".


Gérard Linard nouveau CEO

D'après la promesse faite par De Keersmaecker en coulisses, c'est Gérard Linard qui sera bien CEO. Mais rien n'est encore officiel.

{{4}


Le CEO de la Pro League Pierre François est "plus que déçu"

Le CEO de la Pro League Pierre François était déçu après la réélection de François De Keersmaecker à la tête de l'Union belge de football, samedi. "Je suis plus que déçu. Je suis aussi très étonné", a déclaré François.

"Nous savons tous que De Keersmaecker a été fort critiqué ces derniers mois, et c'était souvent justifié. Même après la démission de Steven Martens comme CEO de l'Union belge, des doutes et des rumeurs persistaient. Tout cela fait qu'aujourd'hui, je ne suis pas satisfait", a expliqué l'ancien dirigeant du Standard.

"De Keersmaecker, qui avait dit avant le vote qu'il gagnerait avec une grosse différence, n'a gagné qu'avec deux voix d'avance. Cela veut dire qu'un certain nombre de clubs amateurs ont décidé de ne pas voter pour lui. C'est une nuance très importante, car cela signifie qu'il n'y a pas seulement une division entre les amateurs et les pros, mais aussi au sein des amateurs entre eux. Notre plan n'était absolument pas dirigé contre les amateurs. Que du contraire. Nous voulions leur donner plus de pouvoir au sein des ailes flamande et wallonne."

François ne compte pas couper les ponts avec l'URBSFA. "Il est de l'intérêt de tous qu'il y ait une cohésion et une collaboration dans le football belge. C'est ce que nous devons travailler au cours des prochains mois. Nous allons également examiner si nous nous sentons encore bien au sein de cette association. Si la réponse est non, nous devrons trouver une solution."