Alors qu'il jouait toujours au Limbourg, Clijsters réussit à faire partie de la fabuleuse épopée des Diables Rouges au Mexique, en 1986. Il était notamment présent sur la pelouse de Leon quand les Belges réussirent l'exploit historique de se qualifier contre l'URSS.

Il n'était pas pour autant titulaire à part entière, car les places étaient très chères, surtout au centre de la défense - quand on sait que ses concurrents s'appelaient Broos, Grün, Franky Vander Elst, Leo Vander Elst, Demol et Renquin (Vervoort jouait au "back" gauche) !

Il n'en fut pas moins remarqué par John Cordier qui avait l'ambition de bâtir, à Malines, une équipe de haut niveau. Et il y réussit en un temps record. Ce fut une extraordinaire "succes-story" : vainqueur de la Coupe de Belgique en 1986-1987 et de la Coupe d'Europe des vainqueurs de Coupe en 1987-1988, champion de Belgique en 1988-1989.

La victoire européenne entra dans l'histoire, car elle fut obtenue lors de la première participation du club à une compétition internationale.

complétée par un Soulier d'Or indiscutable, enlevé, de haute lutte, en 1988 devant Marc Degrijse. Un Soulier d'or dont il était légitimement fier, car les défenseurs ne sont pas légion à avoir décroché ce trophée : seuls Alfons van Brandt, Roland Storme, Maurice Martens et Eric Gerets l'avaient reçu avant lui. "Pour s'imposer dans cet exercice, un défenseur doit être trois fois plus fort !" avait-il dit.

Et il avait raison. Sur sa lancée, il fut de la partie à la Coupe du Monde de 1990, en Italie, où ses concurrents s'appelaient Demol, Emmers, Grün et Albert !

la prestation époustouflante des Diables en Italie, Lei renonça à l'équipe nationale. Il avait 34 ans et, après un passage au FC Liégeois, il embrassa la carrière d'entraîneur, où il connut moins de succès.

© La Libre Belgique 2009