Ce n'était plus une surprise, mais la petite salle de presse du Cercle était quand même bien remplie pour l'annonce officielle du transfert de Tom De Sutter à Anderlecht, où il a signé pour 4 ans et demi. Contrairement aux habitudes, Anderlecht était représenté par son président et manager, afin de montrer que malgré le 4-0, ils étaient bel et bien vivants et combatifs.

Mais c'était surtout De Sutter (23 ans, né à Sottegem, ex-Club Bruges et Torhout en D3) qui avait toutes les raisons d'être heureux. Ces dernières semaines, ce fut un secret de polichinelle qu'il viendrait au Sporting en janvier. "Je suis soulagé que tout soit réglé, souriait-il. La même question revenait toutes les cinq minutes. Je remercie De Boeck d'avoir demandé de la clarté dans le dossier."

En effet, dimanche dans Studio 1 à la VRT, Glen De Boeck avait dit que les vestiaires du Cercle et d'Anderlecht risquaient de s'énerver. Et que De Sutter ferait mieux de rester jusqu'à la fin de saison. "Je vais essayer de prouver qu'il a tort, répond Tom. Je sais que je vais me retrouver dans un club avec beaucoup de pression et de concurrence, mais je suis prêt. Physiquement, par contre, il me faudra encore les deux prochains mois pour retrouver ma meilleure forme, après mon opération au genou."

De Sutter sera notamment le grand concurrent de Frutos. "Qui dit qu'on ne sait pas jouer ensemble lors de certains matches ? Je ne me casse pas trop la tête à ce sujet. Je serai dans le meilleur club de Belgique. Je rêve encore de l'Angleterre, mais cela aurait été trop tôt, maintenant."

Entre-temps, il doit encore jouer neuf matches avec le Cercle. N'est-ce pas une sorte de falsification du championnat ? "Non, je veux toujours marquer, en ayant signé ou pas."

A part Genk, le Cercle ne rencontre plus aucun candidat au titre. Est-il illogique de penser que De Sutter avait signé depuis longtemps, mais que le Sporting a attendu Cercle - Standard et Cercle - Club Brugeois ? Coïncidence cocasse : son premier match en "mauve" l'opposera... au Cercle, le 17 janvier.

Tom De Sutter s'en fiche : "Je vais jouer dans le club de mes rêves, que j'ai toujours supporté. Il y a une dizaine d'années, j'allais souvent au stade avec mon papa et parfois ma sœur. Je me rappelle un Anderlecht - Leeds. Il nous manquait un ticket. Papa a suivi le match dans un café. J'ai encore mon écharpe à la maison."