Il y avait beaucoup de supporters à Bierset, hier midi, pour accueillir la délégation du Standard. Les fans ont scandé le nom des joueurs, insistant sur celui de Steven Defour. Le capitaine garde le sourire. Mais intérieurement, la déception est immense après sa nouvelle blessure occasionnée jeudi au Panathinaïkos. "Je sprinte pour avoir le ballon et je relâche mon effort juste avant de le toucher. Et là, j’ai senti le coup de poignard au niveau des ischios" , relate Steven Defour, qui a tout de même affiché sa rage de vaincre sur ce coup-là. "J’ai aussi vu que Jovanovic était bien placé donc j’ai essayé de le lancer. J’ai su continuer à regarder la phase. J’ai cru qu’il allait rater."

La joie du 0-2 a directement été atténuée : "Je voulais continuer à jouer, mais c’était trop grave, et j’ai dû céder ma place. Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est vraiment une saison de m pour moi." Le premier diagnostic a été confirmé par l’"écho" que Steven Defour a passée hier : il souffre d’une déchirure et sera out 4 à 6 semaines. Une tuile de taille en plein sprint final.

Vu le résultat forgé au Panathinaïkos, le Standard a déjà un pied et quelques orteils en quarts de finale de l’Europa League. "Si on se qualifie pour le prochain tour, j’espère qu’on ne tombera pas contre Liverpool (NdlR battu 1-0 à Lille jeudi suite à un but d’Eden Hazard)", lâche Milan Jovanovic, qui rejoindra les "Reds" en juin pour commencer son contrat de trois ans. "Ce serait intenable pour moi. Je serais obligé de me donner à 100%. D’abord parce que je suis un pro et que je suis sous contrat au Standard jusqu’en juin. Ensuite parce que si je fais un mauvais match, Liverpool va regretter de m’avoir fait signer Mais imaginez que j’élimine mon futur club. Et qu’à cause de cela, le coach soit viré Non, tout mais pas Liverpool."