Mbark Boussoufa ne jouera pas à Anderlecht cette saison. "Pourtant, on lui a fait une proposition historique", déclarait Roger Vanden Stock après que les négociations ont capoté. "Je lis que nous lui avons proposé une prime de 250.000 euros si nous remportions le titre. C’est plus que cela. Beaucoup plus."

Via un vent favorable, la proposition reçue par Mbark Boussoufa a atterri sur les bureaux de nos confrères de la DH.

Il s’agit - en effet - d’un contrat historique.

Voici le contenu. Tous les montants sont des montants bruts.

840.000

Une prime à la signature de 840.000 euros. Beaucoup de (grands) joueurs réclament une prime à la signature. Cette somme leur est versée automatiquement, même
avant qu’ils ne jouent leur premier match.

165.000

165.000 euros en primes de matches en championnat. Il aurait touché 2.500 euros par point, soit 7.500 euros par victoire. Anderlecht tablait cette saison sur 66 points. La saison passée, le Sporting en avait 57 en phase classique et ensuite 17 en playoffs

360.000

Un salaire de 360.000 euros par an. Comparé à d’autres joueurs d’Anderlecht, il s’agit d’une somme ridicule. 30.000 euros par mois, c’est ce que gagnent les joueurs les moins bien payés.

1.000.000

Une prime de champion… d’un million en cas de titre après la saison 2015-2016. Voilà la clause avec laquelle Boussoufa comptait récupérer une partie du gros salaire qu’il avait à Moscou. Une prime de champion d’un million, c’est unique en Belgique. Anderlecht a accepté parce que la participation à la Ligue des Champions lui aurait rapporté 20 millions

2.365.000

2,365 millions brut en cas de titre. Du jamais-vu en Belgique ! Même Matias Suarez et Steven Defour, les numéros deux et trois au niveau des gros salaires, se retrouvent très loin de cette somme. Sans titre, le montant aurait été moins impressionnant : 1,365 million. Boussoufa était donc sûr de son coup pendant les négociations : il aurait offert le titre aux Mauves.