On est à la mi-septembre et Anderlecht est déjà sous pression. L'élimination en Ligue des champions, les transferts ratés et surtout le niveau de jeu déplorable irritent les fans. Une élimination ou une défaite à domicile contre le Rapid Vienne - qui n'a pas un seul grand nom dans ses rangs - pourrait être la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Hier, la direction répétait qu'elle soutenait son coach. "A 100 pc, dit Herman Van Holsbeeck. Il n'est pas contesté. Il a beaucoup de crédit, parce qu'il a remporté trois titres en quatre ans, pendant lesquels on a toujours joué la Ligue des champions. C'est un véritable pro, dont nous apprécions la façon de travailler. Mais il sait que la qualification pour la coupe de l'Uefa est un must. On a le potentiel pour battre le Rapid Vienne, on n'a pas le choix : on doit se qualifier."

Ces derniers jours, la tension a augmenté à la suite de la pétition anti-Vercauteren, qui totalisait 2914 signatures, hier soir. Anderlecht n'a pas apprécié cette initiative. "Ce n'est pas correct, à quelques jours d'un match qui a une importance incroyable, dit Herman Van Holsbeeck. N'est-ce pas pour nous déstabiliser ? On est à la recherche de la personne qui a mis cela en marche. La fédération officielle des supporters s'en est déjà distanciée. Bien sûr qu'on ne va pas se laisser influencer par de telles pétitions. Si c'est 0-4, on verra ce qui va se passer. Je crois qu'on va gagner 4-0."

Herman Van Holsbeeck fait un appel aux joueurs. "Contre le Fenerbahce, on tenait compte d'une élimination. Maintenant, ils doivent montrer qu'ils sont à 200 pc derrière Vercauteren, que les rumeurs de fissures dans le groupe sont fausses. On a livré de gros efforts pour avoir une bonne équipe. Jusqu'à présent, on est déçu. On devrait avoir 18 sur 18 en championnat. C'est intolérable de perdre des points face à Dender et Zulte. Et on doit rester le porte-drapeau de la Belgique en Europe. Tout le monde est stressé, avant Vienne."

Ce n'est pas la coupe Uefa qui permettra aux clubs belges de s'enrichir exagérément : les primes accordées en C2 sont à mille lieues de celles attribuées en Ligue des champions ! Zulte, par exemple, qui a atteint les seizièmes de finale de C2 la saison dernière, avait gagné 320000 euros. Anderlecht, malgré des résultats médiocres, avait remporté 11,4 millions en C1. C'est aussi deux fois plus que le gain de Séville, pourtant vainqueur final de la coupe Uefa. En C1, une qualification pour la phase de poule rapporte deux millions, pour seulement 70 000 en C2. Les recettes de tickets sont bien plus maigres.