LIÈGE Roberto Bisconti a, à nouveau, été un des hommes en vue du Standard ce vendredi. À ce titre, on comprend sa frustration à l'issue d'une rencontre où il retrouvait d'anciennes couleurs: «Perdre à domicile contre Charleroi, ce n'est tout simplement pas permis, fulmine le médian. Surtout au vu des conditions: on fait 35 bonnes premières minutes, on a clairement le match en main, l'adversaire n'est pas dangereux, on commet deux erreurs l'une sur l'autre, et ça nous vaut deux buts...»

Et on rejoint l'analyse du Liégeois quand il estime que le plus grave est l'absence de réaction de la seconde période: «Vous savez, on a déjà beaucoup parlé de ces deux fameuses erreurs défensives, mais sur un but, il y a toujours une erreur défensive! On peut les qualifier d'impardonnables si on veut, mais c'est le football, ça: si personne ne faisait jamais d'erreurs, tous les matches se termineraient sur un 0-0. Ce qui m'ennuie plus, c'est qu'il nous restait 45 minutes pour réagir et qu'on n'y est pas arrivé. En jouant à domicile, ce n'est pas normal, et il faudra absolument en parler cette semaine.»

Et quand on lui demande ce qui cloche actuellement au Standard, Roberto n'y va pas par quatre chemins: «Nous manquons clairement d'automatismes, c'est évident. Ça se voit, et largement, sur le terrain. Cela, ça ne peut s'améliorer qu'en jouant des matches. Désormais, on manque sans doute un peu de confiance aussi.»

Victoire obligatoire!

Une confiance que seul, sans doute, un bon résultat peut ramener dans le groupe. De toute façon, le Standard n'a plus le choix: au Cercle, ce sera défaite interdite, voire victoire obligatoire...

«C'est sûr qu'on ne peut désormais plus rien lâcher, soupire Roberto. On vient déjà de perdre cinq points contre deux équipes qui étaient tout de même largement à notre portée, et nous n'avons désormais plus droit à l'erreur. On joue au Standard, tout de même, et ici, c'est comme ça: on doit gagner! Tout le monde doit s'en rendre compte dans le noyau. Désormais, nous devons absolument engranger les points le plus rapidement possible pour éviter de se faire larguer. En ce sens, mais aussi pour réveiller l'équipe et remettre tout le monde en confiance, la victoire au Cercle sera, en effet, sans doute impérative.»

Espérons que l'inévitable pression aura des effets positifs sur le groupe plutôt que de le tétaniser un peu plus. Sinon...

© Les Sports 2004