Robert Waseige a fait ce qu'il a pu. Mais en l'absence de Bruges, du Standard, de Mouscron et de Charleroi, soit quatre des cinq premiers classés actuels sans parler du Lierse, un spécialiste de l'épreuve, le coach fédéral ne pouvait extirper du petit tonneau quatre quarts de finale explosifs. Rarement une coupe de Belgique n'a proposé des quarts de finale aussi peu emballants. Du moins si l'on prend en compte uniquement la position des équipes au classement du championnat.

Le Racing Genk, tenant du trophée, se frotte les mains: il a hérité du second adversaire de D 2, le Cercle de Bruges, théoriquement le plus abordable. Avantage supplémentaire: il l'accueillera au Fenix Stadion. Soyons réalistes: nous ne nous extirperons plus du ventre mou du championnat. Pour sauver ce qui peut l'être encore, nous devons donc confirmer notre victoire en coupe de la saison dernière, martèle Pierre Denier, l'entraîneur intérimaire du club limbourgeois. Il est vraisemblable qu'un nouvel entraîneur dirigera le Racing Genk dans ce quart de finale de Coupe. Au sujet du club limbourgeois, notons qu'un référendum effectué auprès des supporters révèle qu'une majorité se dégage en faveur de la venue d'Emilio Ferrera qui prendrait en main les destinées du club en compagnie de l'assistant actuel. A suivre donc d'autant que l'entraîneur de Beveren ne verrait pas ce transfert d'un mauvais oeil.

Jan Ceulemans peut raisonnablement espérer hisser Westerlo en demi-finale. A condition toutefois que, face à club trudonnaire tout ébaubi de se retrouver à pareille fête, l'équipe campinoise retrouve les vertus conquérantes qui la transcendaient à domicile quand Thans au milieu et Toni Brogno devant l'animaient. Si Lommel se jaugera contre Lokeren, le GBA souhaite sans doute qu'Anderlecht dispose de La Gantoise dans son match de retard. Pour s'offrir, peut-être, une superbe revanche

© La Libre Belgique 2000