Un psychanalyste réussira-t-il un jour à sonder les esprits et les coeurs des footballeurs bataves? Quel médecin des âmes parviendra-t-il à expliquer pourquoi un collectif qui regroupe, lors de chaque grande compétition à laquelle il est convié, quelques-uns des meilleurs joueurs du monde n'est plus parvenu à étoffer son palmarès depuis sa consécration au terme de l' Euro 1988 en... Allemagne?

L'égocentrisme exacerbé de ses vedettes, apparemment incapables, de tout temps, de vivre en vase clos sans conflit d'ego explosif pendant une période déterminée, n'explique pas seul le délitement, rapide ou progressif, d'une des formations les plus esthétiques du monde du ballon rond. Les joueurs néerlandais géreraient très malaisément les attentes, énormes, que leur potentiel attiserait.

Les Pays-Bas mais aussi les Allemands et les Tchèques sont convaincus qu'ils peuvent se hisser au moins en quarts de finale. Les Néerlandais peuvent apparaître comme favoris. Seule la France réunit plus de stars authentiques que Dick Advocaat, le coach batave... évidemment controversé. Un seul exemple: quelle autre formation pourrait se passer impunément de buteurs comme Makaay ou Kluivert? La tâche du coach batave est d'associer, le plus habilement possible, l'immense expérience des routinés que sont Van der Sar, Stam, Cocu, Kluivert, Seedorf et Davids à l'appétit dévorant des nouveaux talents qu'incarnent Van der Vaart, Sneijder ou Robben.

L'Allemagne toujours là!

L'Allemagne pose une énigme exactement inverse. De toutes les formations engagées, elle est celle qui excipe, dans les deux compétitions internations majeures, le palmarès le plus kolossal. Davantage encore que les autres fois, elle est, des trois candidats aux deux places qualificatives, celle qui jouit du plus petit crédit. A juste titre. La sélection de Rudi Völler manque cruellement de figures de proue. Ses deux médians Schneider et Hamann incarnent le mieux le «profil» de cette formation sans génie: travailleurs pleins d'abnégation, ils pallient le manque de talent intrinsèque du groupe et, parfois, un certain déséquilibre tactique, par une «activité de fourmi». Traditionnellement également, l'Allemagne est un «diesel». Elle gagne en puissance au fil des matches. Le tirage au sort ne l'a pas gâtée. Si, comme tout le laisse penser, elle n'institue pas Köller unique destinataire de ses préparations collectives, la Tchéquie pourrait assumer bien davantage qu'un rôle de trouble-fête. Un destin facétieux avait déjà fait s'affronter la Tchéquie et la Hollande dans le tour qualificatif: la première citée avait envoyé la seconde en «barrage» en mettant fin à une série de dix-sept rencontres sans défaite. Dans cet aréopage, la Lettonie fait, au mieux, figure de trublion de ce groupe D détonant.

© Les Sports 2004





   LIENS PUBLICITAIRES
   
   

"Ascenseurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.


lalibre.be ne peut être tenue responsable du contenu de ces liens.