Les succès conjoints de l'Antwerp et d'Heusden-Zolder faisaient peser sur les épaules des Zèbres une énorme pression à l'heure de recevoir le dauphin d'Anderlecht qui savait, lui, après le partage du Standard, que sa Ligue des Champions pouvait se préciser en cas de victoire au Mambourg. Fragilisés par leur défaite du Fenix Stadion, on pensait donc découvrir des Carolos tétanisés par l'enjeu. Mais ce fut tout le contraire, Robert Waseige ayant sans doute trouvé les mots justes pour conditionner son équipe, où Kanfory Sylla était finalement préféré pour le poste de back gauche. Si, défensivement, les Hennuyers provoquèrent nombre de sueurs froides parmi leurs partisans, ils furent, durant la première mi-temps, offensivement très dangereux. Olufade avait d'ailleurs montré la voie, peu après la... première minute de jeu, mais sa demi-volée fila un rien au-dessus. Le Togolais fut plus concret quinze minutes plus tard en profitant d'une mésentente brugeoise. Ikpeba avait tenté un débordement sur le flanc gauche, mais n'avait pu passer physiquement Clement qui semblait avoir écarté le danger quand le Diable Rouge n'entendit pas ou ignora Butina, qui désirait s'emparer du cuir, et dégagea dans l'axe... et dans les pieds de Dufer qui, du gauche, expédia un envoi que le gardien brugeois bafouilla. Olufade, en embuscade, dribbla Butina et plongea le stade du Pays de Charleroi en liesse. Séduisants en attaque, les Carolos allaient donc se montrer inconsistants devant Laquait. À l'image de cette mésentente Ciani - Kere qui, peu avant la demi-heure, aurait pu permettre à Victor d'égaliser, lui qui se retrouva isolé mais décentré devant le portier français et qui plaça sur le poteau. Grâce, surtout, à de nombreuses imperfections techniques, la rencontre était plaisante puisque les attaquants des deux camps pouvaient profiter des largesses défensives de chacun.

Ikpeba volé d'un but

Et le Sporting aurait encore pu - dû - en recueillir les fruits peu avant la mi-temps, sur un beau travail d'Ikpeba en bordure de grand rectangle, ponctué d'un tir dévié par Simons qui mystifia Butina. Mais le juge de ligne assista bien mal M. Vermeirsch en signalant une faute de main inexistante du Nigérian. Ce deuxième but aurait pu donner de l'air aux Carolos au moment d'entamer une deuxième période qui débuta par une grosse pression brugeoise. Les Flandriens utilisèrent leur principale force pour tenter de faire plier les Hennuyers: le jeu aérien. Saeternes, isolé mais qui manqua sa reprise, Clement, qui trouva sur son heading Dufer replié sur sa ligne de but, et Blondel, qui obligea Laquait à un réflexe étourdissant, enflammèrent le premier quart d'heure. Néanmoins, à la 65e minute, alors que le Sporting se repliait dangereusement devant son rectangle, Olufade eut l'occasion de sortir et de démoraliser les Brugeois, mais, isolé devant Butina, il expédia sa volée sur celui-ci! Victor, qui rata son dribble, et Saeternes trouvèrent encore un Laquait intransigeant. Un Laquait qui allait pourtant être une nouvelle fois trahi par les imprécisions de ses défenseurs qui auraient pu dégager loin ce ballon qui allait finalement aboutir dans les pieds de Lange, égalisateur heureux à la 83e minute.

Les Zèbres ont une nouvelle fois laissé échapper un succès qui leur tendait les bras. Ce point face aux Brugeois est, dans l'absolu, un bon résultat, mais débouche sur une opération mitigée, car il ne leur permet pas d'échapper à un des deux fauteuils basculants. Pour l'instant...

© Les Sports 2004