L’incertitude règne concernant le stage prévu dans l’Émirat.

En théorie, tout est ficelé. Les Diables rouges sont attendus le lundi 23 mars à Doha où ils logeront durant une semaine au Sheraton Grand Hotel avec, au programme de ce dernier rassemblement avant l’Euro, deux rencontres amicales à l’Education City Stadium face au Portugal le 27 mars puis devant la Suisse le 30, juste avant leur retour pour Bruxelles.

En pratique, tout pourrait être remis en question par l’épidémie de coronavirus. Résultat, un vrai flou entoure ce stage.

Ce mardi, le quotidien suisse Le Matin a annoncé que les organisateurs du tournoi, en collaboration avec les responsables locaux, avaient pris la décision de faire jouer les matchs à huis clos. Ce que l’Union belge n’a pas confirmé.

"Pour l’instant, il n’y a pas de changement", nous indique-t-on à la fédération en ajoutant dans la foulée "mais tout peut évoluer à chaque instant."

Dans un pays où les écoles et les universités ont été fermées jusqu’à nouvel ordre, d’autres mesures ont été prises pour lutter contre l’épidémie. Les ressortissants de quatorze pays asiatiques ne sont plus autorisés à franchir les frontières de l’Émirat et la compagnie nationale Qatar Airways n’assure plus aucun vol en provenance ou à destination de l’Italie.

Un pays où évoluent trois Diables : Romelu Lukaku, Timothy Castagne et Dries Mertens. L’Inter Milan ne sait par exemple pas si son avant-centre pourra rejoindre le groupe alors que l’entourage de Castagne se montre plus confiant. Mais, plus que jamais, un vrai flou entoure ce stage qui devait aussi être l’occasion de faire le plein de soleil en compagnie des familles, invitées non pas par la fédération, mais par les organisateurs. Et leur présence paraît très incertaine. Comme celle des Diables sur place.