"Je ne comprends pas les raisons de ce lynchage métiatique", a-t-il en effet déclaré lors d'une conférence de presse d'une vingtaine de minutes à Alkmaar, "mais en même temps cela me laisse complètement froid..."

Et d'expliquer. "Trois choses peuvent se produire lorsque deux parties dont un entraîneur sont liées par un contrat bilatéral. Soit chacun va jusqu'au bout de ses obligations réciproques. Soit, et vous avez sans doute observé que cela arrive souvent, l'employeur met fin au contrat de l'entraîneur, sans que cela ne choque personne à part l'intéressé et sa famille. Soit ce dernier prend lui même la décision de couper les ponts comme je viens de le faire. Pas du tout pour des raisons financières, comme j'ai pu le lire ce matin, mais pour me donner une plus grande chance de terminer ma carrière en beauté avec peut-être un nouveau titre au bout. La Belgique peut arriver au même niveau, mais cela prendra beaucoup de temps. Or je n'en ai plus tellement devant moi. En plus de cela je connais déjà très bien les joueurs..."

"Je vous dirai pour conclure que je me sens partfaitement droit dans mes sabots. Il me reste cependant à régler l'affaire dans les moindres détails avec la fédération belge, et c'est pourquoi je ne veux pas en dire plus pour le moment..."

Advocaat: "dommage pour les joueurs et les supporters"

"Je n'ai pas à m'excuser", a déclaré l'ex-sélectionneur néerlandais des Diables Rouges Dick Advocaat, vendredi lors d'une conférence de presse d'une vingtaine de minutes à Alkmaar, "et je n'ai pas de sentiment de culpabilité..."

Et d'avouer néanmoins: "cela m'ennuie en revanche de constater que ma décision place une nouvelle fois Monsieur De Keersmaecker dans une position très inconfortable, sous le feu des critiques et d'une pression maximale. Or c'est un homme intègre qui ne mérite absolument pas cela. Ce n'est quand même pas de sa faute s'il est actuellement plus attrayant pour un sélectionneur de diriger l'équipe russe, une des meilleures d'Europe, alors que la Belgique n'a pas encore ce niveau. Je suis vraiment désolé pour lui, et plus encore pour les joueurs et les supporters. Mais j'ai choisi ma voie, et c'est mon droit. L'argent n'a rien à voir dans cette histoire..."