Un jour après que l’Excelsior Mouscron, par la voix de Benoît Roul, son directeur général, ait lancé un cri d’alarme pour sa survie, la tendance se voulait à l’optimisme - peut-être exagéré - hier. "L’Excel terminera la saison à 98,5 pc", a lancé Philippe Dufermont, attendu en vain, comme le mécène. Que faut-il en penser ?

L’Assemblée Générale de vendredi (18 h) exigée par le réviseur d’entreprise devra prononcer la poursuite ou l’arrêt des activités. Il est probable qu’elle offre un délai jusqu’au 31 mars, date charnière pour la licence et date à laquelle Mouscron devra être parfaitement en règle. "Au 31 mars, il y aura 1,7 million de dettes fédérales, assure Gil Vandenbrouck, le directeur technique du club hennuyer. Mais si rien n’avance d’ici vendredi, l’AG prononcera la fin. Le conseil d’Administration ne veut pas être responsable des dettes fédérales."

"Depuis lundi soir, pas mal de pistes se sont activées", assure-t-on à Mouscron. En réalité, la ville mise surtout sur un prêt bancaire de deux millions d’euros qu’elle garantirait. "C’est un emprunt à très court terme pour nous permettre de franchir le cap. En août 2009, il serait remboursé avec les intérêts", assure Vandenbrouck.

"La situation est grave et la solution ne va pas tomber du ciel. Trouver deux millions aussi vite serait un miracle, reconnaît le Bourgmestre, Alfred Gadenne. On ne peut pas apporter d’argent directement au club mais on va tout mettre en œuvre pour l’aider. Cela pourrait passer par un crédit-pont."

Pour Michel Franceus , échevin et membre de l’assemblée générale de l’Excelsior Mouscron, la faillite du matricule 224 n’est pas concevable et avance son argumentation.

"On ne peut pas laisser mourir l’ Excelsior quand on sait ce qu’il a apporté à Mouscron. Il existe encore beaucoup de solutions pour sauver le club. Vendredi, ce ne sera pas la réunion de la dernière chance pour l’ Excel . La ville pourrait être la roue de secours indispensable", conclut le principal lien entre les autorités communales et le club.

Où Mouscron espère-t-il récupérer l’argent lui permettant de rembourser, d’ici août, l’emprunt ? Il doit toucher entre 500 000 et 700 000 euros d’ici juin en droits TV. Il attend plus de 700 000 (pour juin et juillet) des transferts d’Oussalah, Custovic, Lepoint et Tomou. Au mois d’août, plus de deux millions (selon la nouvelle clé de répartition) sont attendus des droits TV de la saison prochaine si le club est toujours en D1. Le club espère aussi récupérer les quelque 430 000 euros que lui doit l’IEG. Et il peut toujours rêver que Demba Ba soit transféré d’Hoffenheim. L’ Excel a droit en effet à 20 pc sur sa plus-value et Liverpool négocierait déjà. S’il devait être transféré pour 15 millions, Mouscron toucherait 20 pc de 12 millions (2,4 millions).

Contrairement à ce que Jean - Marie Philips (ex-juriste et CEO de la fédération svp ) confiait dans ces colonnes hier, les matchs déjà joués ne seront pas entérinés avec un forfait pour les dix dernières rencontres de Mouscron. En fait, les points du premier tour seront maintenus. Pour ce qui concerne le second tour, tous les résultats de Mouscron seraient annulés.

Les Hurlus envisagent-ils une descente en D3 ? "Impensable, assure Vandenbrouck. Ce sera la D1 ou la fin. Il y aurait trop de dettes pour survivre en D3."