Le nom du successeur de Dominique D'Onofrio n'a toujours pas été dévoilé par la direction liégeoise. Quatre jours après avoir pris sa décision, l'actuel entraîneur des Rouches n'a toujours pas regretté son choix. «Je relativise très bien la situation, admet-il. J'ai reçu beaucoup de mails et de lettres de supporters qui m'ont témoigné leur soutien. J'ai beaucoup apprécié. Cela signifie que le travail accompli a été reconnu. J'ai pris mes responsabilités et je les assume complètement. Il ne s'agit, en aucun cas, d'une fuite mais j'ai estimé que ce serait mieux pour le club que je m'en aille.»

Trond Sollied et Eric Gerets demeurent les favoris... à partir du moment où il n'y a pas de dédit à payer, ce qui est loin d'être le cas actuellement. Les Liégeois patienteront-ils encore un an avec un entraîneur de transition en attendant la fin de contrat des deux candidats? La question est d'autant plus pertinente que les Rouches avaient agi de la même manière lorsqu'ils engagèrent René Vandereycken avant Robert Waseige ainsi que Luka Peruzovic avant Tomislav Ivic. Les Liégeois négocieront-ils plutôt avec les clubs concernés? Tout porte à le croire quand on connaît les relations tumultueuses qu'entretiennent Marc Degryse et son entraîneur. D'un autre côté, il se chuchote aussi que Wolfsburg serait prêt à faire un geste. Reste à savoir de quel ordre...

En attendant, Dominique D'Onofrio a mis ses troupes en garde. «Il faut oublier le match d'Anderlecht mais pas tout ce que nous avons fait avant, a rappelé l'entraîneur liégeois. On reconnaît les grands hommes dans leur faculté de se relever après un coup dur.» L'entraîneur liégeois a aussi rappelé à ses joueurs la façon dont ils avaient été humiliés lors de leur première confrontation avec la formation limbourgeoise. «Ce fut une rencontre assez particulière, se souvient-il. Nous étions dans un off-day total. C'est aussi à partir de ce moment-là que nous avons entamé notre série de quinze matches sans défaite. Je n'aime pas parler de revanche. C'est un mot que je n'apprécie pas mais, pour la première fois, je l'ai prononcé car les joueurs en ont une à prendre...» Reste à savoir si l'équipe sera profondément remaniée ce samedi... Tout porte à le croire si on en croit la configuration dans laquelle l'équipe s'est entraînée vendredi à huis clos... «J'ai essayé différentes formules à l'entraînement, avoue-t-il. Il n'y a rien d'impossible...»

Du côté des joueurs, Philippe Léonard, le meilleur Standardman sur la pelouse à Anderlecht, tente d'apporter son expérience à ses équipiers. «Il faut une concentration maximale car la moindre erreur se paie cash. Mais dans un match de haut niveau comme le week-end dernier, il faut que tous les joueurs de l'équipe hissent leur niveau de jeu. Or ce ne fut malheureusement pas le cas. Nous n'avions, visiblement, pas retenu la leçon de Bruges. La confection du but de Vincent Kompany était similaire à celle de Gert Verheyen: un décrochage puis un tir ajusté en toute liberté. Que dire des autres buts, alors? Certains joueurs ont relâché leur concentration. Les plus jeunes joueurs doivent se servir de ces leçons pour apprendre.» Philippe Léonard pourrait leur servir de guide...

© Les Sports 2005