Ce mardi soir, suite - et pas fin - du match Charleroi-Standard devant la CBAS.

Suite du feuilleton Charleroi-Standard ce mardi soir. À 19 heures, le Standard, Charleroi et l’Union belge se retrouveront à la Cour belge d’arbitrage pour le Sport (CBAS) pour disputer la troisième, voire la quatrième, mi-temps du choc wallon joué… et arrêté avant son terme le 4 décembre dernier. Suite, donc, mais pas fin : la décision est attendue dans sept à dix jours.

La procédure a été initiée par le Standard, qui a fait appel de la décision de la Chambre extraordinaire de la Commission des Litiges. Pour rappel, cette dernière avait décidé de ne pas attribuer les points du match (0 point aux deux équipes) et d’infliger un match à huis clos au Standard ainsi que 5.000 euros d’amende aux deux clubs (déjà sanctionnés de 25.000 euros d’amende par la Pro League pour ce même match).

Charleroi, qui avait aussi écopé d’un match à huis clos avec sursis, avait décidé de ne pas faire appel. Mais le Sporting étant concerné par la décision de l’Union belge et par la procédure lancée par le Standard, il sera aussi impliqué dans les débats ce mardi.

Des débats qui se dérouleront à huis clos, malgré la demande du Standard de les rendre publics. La défense rouche s’appuiera sans doute sur de nombreux arguments déjà évoqués lors des comparutions devant la Chambre extraordinaire de la Commission des Litiges : réglementation Uefa et Fifa concernant les matches arrêtés avant la fin, non-cumul des peines, illégalité du huis clos, imprécisions du règlement de l’Union belge, etc. L’objectif du club liégeois est de se donner une chance d’obtenir les trois points qui seront sans doute décisifs dans la course aux playoffs 1.

En allant devant la CBAS, seule voie de recours prévue en l’occurrence, le Standard s’est-il interdit le droit d’entamer une procédure civile ? En théorie, oui d’autant que le règlement de la Pro League prévoit d’exclure de son sein, et donc du championnat, le club qui sort des instances sportives. Sauf que : la saison passée, Mouscron avait, lui aussi, porté plainte au civil en référé sans être exclu par la Pro League. Une procédure en référé pourrait donc être envisagée.