Un championnat hétéroclite s'est achevé sur une ultime fausse note: le retour aux vestiaires, précipité et prématuré, des acteurs du match Beveren - Anderlecht. Ils ont été chassés par de tristes énergumènes qui ont usurpé, une fois encore, la qualité de supporters du plus grand club belge. La rue s'est répandue sur la pelouse du Freethiel sans autre motif que la contestation d'une décision arbitrale sans la moindre conséquence au classement. Anderlecht aurait-il reperdu le contrôle de ses fans? Ceux-ci n'avaient pourtant plus aucune raison d'exprimer une quelconque frustration: le titre était perdu depuis longtemps. Pire: l'équipe du Sporting s'était joliment redressée en enchaînant dix victoires consécutives. Elle n'avait pas mérité d'être ainsi trahie par ces supporters qui ne méritent guère de mention: pour la première fois depuis... toujours peut- être, le stade Vanden Stock n'a pas été le théâtre le plus fréquenté de l'élite. Ce privilège revient, d'extrême justesse - moins de deux cents spectateurs - au Fenixstadion de Genk. Une piste de réflexion pour les dirigeants du Sporting! Roussel doit partager avec Sonck le titre de meilleur buteur. C'est, depuis 1924, la sixième fois que ce phénomène se produit. Eupen reste en pole position pour découvrir une élite qui, si La Louvière confirme sa décision de rester autonome, comportera toujours dix-huit clubs la saison prochaine. Le proche avenir dira si cette décision était pertinente...

© Les Sports 2003