Vénéré par le kop d’Anfield, "El Niño" est très vite devenu "The Kid" : dès son arrivée, il y a deux ans, il s’est senti comme un poisson dans l’eau dans une compétition pourtant très différente de la Liga espagnole. Ses statistiques anglaises sont impressionnantes : en 80 matches sous le maillot de Liverpool, il a marqué la bagatelle de 49 buts ! Les 23 millions investis par Liverpool ont vite été rentabilisés : Anfield avait trouvé le buteur qu’il cherchait depuis le départ de Robby Fowler. Les qualités de Torres ne se limitent pas à la finition : c’est aussi un gros travailleur, rapide, capable de dribbler et de donner des assists. Et à seulement 25 ans, il a encore de très belles années devant lui S’il a été affûblé du sobriquet "El Niño", c’est parce que Torres a toujours battu des records de précocité. Dans les tournois de jeunes, il remportait régulièrement le prix du meilleur joueur Très rapidement, les visionneurs avaient repéré en lui un futur crack. Les grands d’Espagne lui firent très vite les yeux doux, mais pour le prodige, natif de Madrid, seul un club comptait : l’Atletico. C’était le club préféré de son grand-père, qui était pourtant loin d’être un "aficionado" acharné. Le jeune "Nando", lui, ne se voyait pas jouer autre part Ses relations avec Aragones lors de l’Euro étaient loin d’être toujours au beau fixe. Récemment, The Kid a encore été remis à sa place par Rafael Benitez. "C’est une star et les défenseurs lui réservent un traitement de faveur, c’est normal", observe le tacticien "Reds".