C'est le Jour J. Les Diables Rouges jouent leur avenir, ce soir, dans l'enfer de Belgrade. Une défaite mettrait un terme à leur série impressionnante de six participations consécutives en Coupe du Monde. Une victoire leur permettrait de revenir à un point de la Serbie, actuellement en tête du groupe 7. Pour gagner, Emile Mpenza sera notre meilleur atout. Depuis son retour dans la sélection, l'attaquant de Hambourg a démontré son apport offensif, contre la Bosnie notamment. Aujourd'hui, il assumera en plus son nouveau rôle de capitaine. «C'est un honneur», commente Emile Mpenza qui, à l'aube de son retour, avait dit qu'il laisserait le brassard à Daniel Van Buyten si on le lui proposait. «Les choses ont évolué depuis. J'ai joué deux matches, j'ai aidé l'équipe à rester dans la course. L'heure est venue de franchir une étape supplémentaire. Mais, être capitaine, c'est surtout montrer l'exemple. En mettant ses qualités au service de l'équipe.»

A l'inverse, l'équipe misera beaucoup sur les qualités de son buteur. Les Serbes le savent, eux qui considérent Emile comme le seul danger belge... «Les autres vont leur montrer qu'ils se trompent. Je sais que je vais avoir beaucoup de travail. Je sais qu'on va se baser sur mon jeu et que je vais monopoliser plusieurs défenseurs. Tant mieux si cela peut libérer des espaces pour mes coéquipiers...»

Les Diables devront forcer l'exploit chez un adversaire qui n'a pas encore concédé de but et qui sera soutenu par 50.000 supporters. «Je joue chaque semaine devant 50.000 personnes. Cela ne me fait pas peur. J'espère que cela ne perturbera pas les joueurs qui n'ont pas l'habitude de jouer avec cette pression. Ils n'ont pas encore encaissé? On va y remédier. Et si on marque, ils seront peut-être déstabilisés par rapport à cette nouvelle situation. On sait ce qui nous attend: un quitte ou double. Comme lors des barrages contre l'Irlande, où on s'était qualifié pour la Coupe du Monde en France.»

Emile Mpenza s'attend donc à un match plein. «Cela va aller d'un côté à l'autre. Il fera chaud, on devra boire beaucoup pour éviter les crampes. Ce match intensif risque de laisser des traces: le joueur à court devra demander son remplacement car tout le monde devra être à 100pc.» On sent Emile Mpenza gonflé à bloc pour défier son ami Dragutinovic. Dont il ne devrait pas redevenir le coéquipier de sitôt. «J'en suis à ma première année à Hambourg. Je dois encore trouver mes marques. Pour l'instant, un retour au Standard est exclu.»

Les équipes probables

Serbie: Jevric; Gavrancic, Kristanjic, Vidic, Dragutinovic, Koroman, Duljaj, Vukic, Stankovic, Ljuboja, Jestrovic (Réserves: Kovacevic, Djordjevic N., Dudic, Brnovic, Mladenovic, Ilic, Vucinic, Vukcevic, Zigir) Ilija Petkovic prendrait un fameux risque en mettant Mirko Vucinic, la star de Lecce, sur le banc au profit de Ljuboja. Les sept joueurs de la compétition serbe sont sur le banc, tandis que P. Djorjevic est suspendu

Belgique: Proto; Deschacht, Van Buyten, Clement, Vanden Borre; Daerden, Vanderhaeghe, Bisconti, Mbo Mpenza; Buffel et E. Mpenza (Réserves: Herpoel, Cornelis, Maertens, Hoefkens, Léonard, Geraerts, Pieroni, Vandenbergh)

Aimé Anthuenis n'a plus changé son équipe: Clement et Bisconti sont préférés à Hoefkens et Geraerts, tandis que les backs seront anderlechtois en l'absence de Doll (cuisse), Deflandre (non-repris), Kompany et Van der Heyden (suspendus). Proto s (est entraîné sans plaintes: il jouera.

Arbitre: Ivanov (Russie)

© Les Sports 2005