En football, seule la vérité du terrain compte. Et Emile Mpenza le sait sans doute mieux que quiconque. En inscrivant deux des trois buts liégeois hier après midi, l'attaquant du Standard a démontré qu'il possédait les qualités de buteur que certains ne voulaient lui reconnaître. Ses deux nouveaux buts ont, en tout cas, extirpé le Standard d'un bien mauvais piège tendu par des Anversois dont la seule préoccupation était de boucher le jeu et d'essayer de profiter d'un éventuel contre du Chinois Dong pour tenter de sauver ce qui pourrait encore l'être... «Ces deux buts démontrent que j'ai retrouvé la confiance, se réjouissait Emile Mpenza. Je suis revenu à un bon niveau. Il y a longtemps que je n'avais plus signé de tels exploits sur un terrain. Cela prouve aussi que le groupe n'a jamais douté. Il n'y a pas eu le moindre malaise en son sein.»

Avec 14 réalisations à son actif, le cadet des deux frères est devenu le deuxième meilleur artificier du pays alors qu'il n'a même pas participé aux quatre premières journées de la saison puisqu'il militait encore à Schalke 04 à ce moment-là... «L'entraîneur et moi-même avions fixé la barre des 15 buts comme objectif, poursuivit Emile Mpenza. Je compte bien le dépasser. J'ai le sentiment de livrer la meilleure saison de ma carrière. Je sais que la vérité du terrain est la façon la plus efficace de faire taire mes détracteurs. Je ne me suis pas encore occasionné de blessure cette saison et j'ai régulièrement trouvé le chemin des filets.»

Et ses deux dernières oeuvres valaient le déplacement. Même si elle ne fut guère académique, la première d'entre elles valait son pesant d'or puisqu'elle était la conséquence d'une reprise acrobatique qui permettait aux Liégeois de percer le double rideau défensif tissé par les Anversois. «Nous devions faire bouger cette défense mais ce n'était pas simple, concéda Emile Mpenza. Nous y sommes parvenus. Mon entente avec Sam (NdlR: Bangoura) fut excellente. Il sait garder le ballon et monopolise, à chaque fois, l'attention de deux ou trois attaquants. Je bénéficie de plus d'espace et de liberté d'action. Nous avons connu, tous les deux, un petit moment de faiblesse, un passage à vide que nous essayons de combler. Je suis, désormais, beaucoup plus serein lorsque je dois terminer une action devant le but adverse. Face à l'Antwerp, je ne me suis ménagé que trois occasions réelles et je suis parvenu à en concrétiser deux d'entre elles.»

Et en soulignant que Sambegou Bangoura fut l'autre buteur du Standard, tout aura été dit sur une rencontre dont l'histoire ne retiendra que le seul résultat. Tant pour les Anversois que pour les Liégeois, la manière importait effectivement très peu. Et cela s'est vu tout au long de la partie. Les Liégeois eurent finalement le dernier mot face à une équipe qui aura, visiblement, bien du mal à se maintenir en D 1...

après le revers louviérois. (PHOTO NEWS)

© Les Sports 2004