ANDERLECHT Hugo Broos l'avait reconnu à la veille de la rencontre face au Lierse: son équipe n'avait pas encore bien joué cette saison. Le coach du Sporting l'avait annoncé: ses joueurs allaient remettre les pendules à l'heure samedi soir. Cette fois, Anderlecht a répondu à l'attente. Les Bruxellois se sont largement imposés. Mais ils ne se sont pas contentés de l'emporter. Ils y ont ajouté la manière. Une première cette saison, si l'on excepte la deuxième mi-temps à domicile contre Benfica.

Par rapport au déplacement à Ostende, la semaine dernière, et à Valence, mardi, les champions en titre étaient méconnaissables. Leur talent a enfin pu s'exprimer. Tous les ingrédients étaient réunis pour que l'alchimie soit parfaite: vitesse d'exécution, mouvements incessants, au- dace, engagement et concrétisation. Les joueurs de Paul Put n'ont pu que constater les dégâts: cinq buts encaissés -l'honneur est sauf grâce à Mitu- et seulement 34% de possession de balle... Les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Après plusieurs remaniements, de sélection et de dispositifs tactiques, Hugo Broos, qui se tâtait encore vendredi, a apparemment mis le doigt sur la solution.

«J'ai vu l'Anderlecht que je veux voir chaque semaine: il y avait du mouvement, de la vitesse d'exécution, des occasions et des buts», analysait le coach du Sporting, revenu à un 4-4-2 plus classique. «C'était vraiment très agréable à suivre de la touche.»

La soirée des Suédois

Reste à voir ce qu'en penseront les deux laissés-pour-compte de la soirée: Zitka et Baseggio, sur le banc suite aux dernières prestations en demi-teinte d'Anderlecht. Objectivement, ils auront dû apprécier la réussite de leurs remplaçants. Peersman a fait son boulot sur les rares sollicitations anversoises et Zetterberg a tout simplement été l'un des hommes du match. Le meneur de jeu suédois, lancé par Jestrovic, a ouvert le score d'une belle frappe légèrement déviée avant de distribuer très justement le jeu. Il a été à la base de pratiquement tous les buts. Wilhelmsson, l'autre Suédois, aura assurément été l'autre grand artisan de la victoire des Mauves. Chippen a couru partout, à bon escient. Après un bel effort d'Aruna, dangereux à chaque possession de balle, c'est lui qui offre le 2-0 sur un plateau à Mpenza, désormais buteur en tant que milieu droit.

Au retour des vestiaires, Anderlecht se fera surprendre par le meilleur Lierrois sur la pelouse, Marius Mitu. Mais le but du Roumain n'aura pas enrayé la déferlante bruxelloise: sur une énième accélération, Wilhelmsson remisait en retrait et Jestrovic ouvrait son pied pour croiser sa reprise en un temps. Aruna, lui aussi dangereux à chaque possession de balle durant toute la partie, forçait un penalty, converti par Jestrogoal alors que l'Ivoirien aurait voulu lui-même se faire justice. Le Soulier d'Or allait tout de même inscrire son but, grâce à l 'assist de Mpenza, suite à un nouvel effort de Wilhelmsson, qui aurait sans doute aussi mérité de trouver le chemin des filets.

Mais qu'importe, le médian suédois et ses coéquipiers ont amusé les quelque 23.000 spectateurs. Et ils ne s'y sont pas trompés. Pour preuve: la standing ovation réservée à Pär Zetterberg, lorsqu'il céda sa place à... Junior.

Les Anderlechtois étaient en démonstration, face au Lierse. (PHOTO NEWS)

© Les Sports 2004