Le Président du Sporting Lokeren, Roger Lambrecht, vice-président de la Ligue professionnelle de football, milite activement pour imposer une indépendance des clubs flamands, essentiellement pour des raisons financières. Il a confirmé, lundi, avoir obtenu un accord en ce sens signé par les douze clubs flamands de première division.

Un document a été transmis au président de l'Union belge, Jan Peeters, et au ministre des Sports de la Communauté flamande, Bert Anciaux. Il va d'ailleurs dans le sens de ce que réclament les deux ministres communautaires des Sports, Bert Anciaux et Rudy Demotte.

`Dans ce document nous demandons que la fédération flamande et la fédération francophone que prévoit de créer le plan Peeters s'occupent de toutes les équipes jusqu'à la première division et ne s'arrête pas à la troisième nationale´, a précisé Roger Lambrecht qui réclame donc une fédéralisation complète du football belge.

L'Union belge étudie actuellement le plan concocté par Jan Peeters qui propose la création de deux ailes (Ligue Sud et Ligue Nord) qui se chargeraient d'organiser en interne les compétitions des clubs amateurs, soit jusqu'à la D 3. Les deux premières divisions, qui comprendraient 14 clubs pros chacune, seraient, elle, toujours gérée de manière nationale.

FONDAMENTALEMENT CONTRE

Roger Lambrechts ne remet pas en question les propositions de Jan Peeters concernant l'organisation des compétitions. Celles-ci, séparées linguistiquement jusqu'à la D 3, resteraient nationales pour les deux premières divisions.

`Notre demande ne veut pas dire que nous réclamons une compétition séparée (NdlR: pour les clubs professionnels), précise en effet le vice-président de la Ligue Pro. Il ne s'agit pas de créer une compétition dans laquelle les clubs flamands se retrouveraient dans une poule et les équipes francophones dans une autre série. Nous ne demandons pas la scission en deux fédérations dans le but de créer deux compétitions. Nous désirons simplement une fédération flamande afin de pouvoir travailler de manière autonome, de pouvoir obtenir des subsides de la Communauté flamande et de pouvoir établir des projets avec le Bloso ´.

Dans le projet des clubs flamands, l'Union belge resterait `la coupole nationale responsable également de l'équipe nationale´.

La réaction de Jan Peeters ne s'est pas fait attendre. `Je suis contre, fondamentalement contre. Je savais que Roger Lambrecht menait une campagne, mais j'étais à cent lieues d'imaginer qu'il allait pouvoir rallier à sa cause la totalité des clubs flamands D 1. C'est un coup bas et un coup dur, mais tout le monde a le droit de s'exprimer. L'Union belge est une grande démocratie, et ce genre de décision ne peut être prise que par l'assemblée générale qui regroupe l'ensemble des clubs. De toute façon, il n'est pas question de toucher ni à notre équipe nationale, ni au championnat commun de D 1. Heureusement, nos interlocuteurs flamands ne semblent pas être d'un avis différent.´

Pour le moment du moins...

© La Libre Belgique 2002