Le Brésilien pourrait se laisser convaincre par les arguments financiers des Parisiens.

Depuis quelques jours, les rumeurs vont dans tous les sens. "C’est fait à 95 %", "Il va finalement rester"… Neymar est-il sur le point de rejoindre le Paris SG ? Au moment d’écrire ces lignes, la presse espagnole était encore contradictoire. D’un côté, "Marca" annonçait que oui. De l’autre, les médias catalans affirmaient que non. Ce qui est certain, c’est que Neymar se trouve en position de force au milieu de deux clubs très riches.

Messi et Suarez à la rescousse

Face aux rumeurs, Barcelone tente de garder la face. "S’il va rester ? Nous l’avons toujours dit !" a déclaré Josep Bartomeu, le président sur la "Cadena Ser".

Pour tenter de ramener Neymar à la raison (le Brésilien avait donné son accord pour rejoindre Paris, selon certaines sources), Barcelone s’est déployé. D’une part, le club serait prêt à lui offrir une revalorisation salariale. D’autre part, les cadres de l’équipe ont discuté avec le Brésilien. Selon le quotidien "Sport", Neymar aurait été convaincu par… Lionel Messi et Luis Suarez. L’Argentin et l’Uruguayen auraient convaincu le Brésilien qu’il avait encore beaucoup de choses à gagner avec Barcelone. Une réunion d’environ une heure qui se serait terminée par un "je reste" de Neymar.

Les millions du Paris SG

Mais la volonté du Brésilien était bien de rejoindre le Paris SG. Le premier argument des Français est symbolique. En signant au PSG, Neymar deviendrait le leader incontesté de l’équipe. Un statut de numéro un qu’il ne peut, en la présence de Messi, pas obtenir à Barcelone pour l’instant.

Mais les arguments des dirigeants qataris sont avant tout financiers. Le club serait donc prêt à payer sa clause libératoire (222 millions !) et à lui offrir un salaire mirifique (30 millions net pendant cinq ans). Ce qui veut dire que si ce transfert se réalise, le deal atteindrait un montant total de… 500 millions, en comptant les commissions à verser aux intermédiaires. C’est énorme, mais les Qataris ont visiblement les moyens…

Un montage pour contourner le fair-play financier

Reste que ces montants vertigineux placent le Paris SG en danger. Parce que si le deal est conclu, les dirigeants qataris devraient, de nouveau, être sanctionnés par l’Uefa, pour non-respect du fair-play financier (un club ne peut pas dépenser plus que ce qu’il gagne). Mais les Parisiens ont peut-être trouvé la solution. Un fond qatari payerait la clause libératoire de Neymar sur le compte de la société de droits à l’image du joueur qui pourrait alors payer… lui-même sa clause et permettre au PSG de l’engager comme joueur libre. Une énorme prime à la signature est aussi évoquée. Et le montant du transfert n’entrerait alors pas dans les comptes du PSG…C.S.