Football Le club du Paris Saint-Germain prend toutes ses précautions pour éviter ce qu'il s'est passé en décembre dernier.

Dans l'édition du journal français L'Equipe du 7 décembre 2018, un article mettait en cause le club parisien et le principe du fair-play financier. La réaction des dirigeants à l'encontre du média était cinglante : selon eux, l'article est basé sur " des allégations totalement erronées, ridicules et uniquement de nature à recréer un climat de grandes tensions entre le club et ce média".

Depuis, le club français a choisi de serrer la vis. Lors de la conférence de presse organisée samedi avant le match de Coupe de France face à Pontivy, les journaliste de L'Equipe étaient interdits d'accès. Une charte de bonne conduite a aussi circuler, obligeant les journalistes des autres médias à la signer.

Ce "règlement" stipule notamment que " l'accès au Centre Ooredoo est interdit sans l’autorisation écrite préalable du département communication du club", que des " prises de paroles [ne peuvent pas se faire sans] l’autorisation préalable du département communication" ou encore que " seul le département communication est habilité à valider et à organiser les demandes d’interview individuelles y compris dans l’hypothèse où le média a obtenu l’accord de la personne qu’il souhaite interviewer".

Pour Jean-Marc Michel, journaliste à France Télévisions et président de l'Union des journalistes de sport en France (UJSF), est interrogé par L'Equipe et considère que cette pratique " empêche les journalistes de faire leur travail". L'UJSF propose une médiation entre le club parisien et L'Equipe afin qu'une solution soit trouvée.