Près de trois ans après son départ d’un Mouscron aux abois, Enzo Scifo a attiré la foule des grands jours au Tondreau, d’abord aux abords du terrain d’entraînement où il fut présenté à ses joueurs, puis durant le point presse où tous les médias du pays étaient représentés. L’Albert, via son nouveau T1, a même eu les honneurs de directs sur la RTBF et RTL !

Le moins que l’on puisse écrire est que l’homme aux 84 sélections avec les Diables Rouges a fait forte impression. Jadis mal à l’aise face à la presse, Enzo Scifo a livré ses premières impressions montoises avec spontanéité : "Tous les ingrédients étaient réunis pour que j’accepte le challenge montois : une région que je connais, un président convaincant, une équipe séduisante et un staff qui me donne envie de m’exprimer. A Mouscron, j’avais compris, via Geert Broeckaert, l’importance qu’un assistant pouvait avoir."

Hier, pour son premier jour dans son training d’entraîneur de l’Albert, le Louviérois domicilié à Lillois a surtout observé. La venue du Beerschot, samedi, ainsi que les deux dernières rencontres de la phase classique lui serviront de laboratoire.

"Ma première mission consiste à découvrir mon groupe pour pouvoir faire les bons choix. Comme je l’ai dit au président, la meilleure manière de préparer la saison prochaine est de bien terminer la campagne actuelle. Ce matin (NdlR : lisez hier matin), j’ai vu des joueurs réagir dans la douleur. S’il y a des leviers à activer, ils sont d’ordre mental. Cela s’effectuera étape par étape."

En se séparant de Dennis van Wijk, et en nommant d’emblée un nouvel entraîneur, les têtes pensantes de l’avenue du Tir ont rendu les PO2 attrayants, que cela concerne les joueurs ou les supporters. Un public qu’on annonce par ailleurs nombreux samedi, effet Scifo oblige.

"Les PO2 n’ont pas bonne presse mais pour nous, ils seront intéressants. Pas forcément en terme de résultats mais bien de reconstitution d’un effectif qui a souffert des mauvais résultats."